• Type:
  • Genre:
  • Duration:
  • Average Rating:

Mois : septembre 2018

Les Archives de la licence Life is Strange

Demain, Dontnod signe son grand retour sur le devant de la scène avec Life is Strange 2. Cette suite nous plongera dans un tout nouveau contexte, avec de nouveaux personnages. C’est donc l’occasion de revenir sur l’histoire de la licence Life is Strange de ses débuts jusqu’à ce nouvel opus !

Logo Life is Strange

 

LIFE IS STRANGE – 2015

Les première aventures de Life is Strange débutent en 2015 avec l’histoire de Max Claufield et Chloé Price dans la petite ville d’Arcadia Bay en Oregon aux États-Unis. Max revient dans sa ville natale pour y faire ses études de photographe et elle retrouve sa meilleure amie Chloé qu’elle n’a pas vue depuis 5 ans. Malheureusement, les retrouvailles sont de courtes durées puisque Max assiste en direct au meurtre de sa meilleure amie. C’est à ce moment-là qu’un étrange phénomène se produit ! Max parvient à remonter le temps, sauver sa meilleure amie et continuer à vivre une vie « normale ». Cependant, ce pouvoir semble être destructeur autant pour Max que pour la ville d’Arcadia Bay…

 

LIFE IS STRANGE : BEFORE THE STORM – 2017

En 2017, Square Enix annonce Before The Storm lors de l’E3. Non, ce n’est pas une suite, et ce n’est pas Dontnod aux commandes ! Before the Storm est un préquel de Life is Strange développé par Deck Nine Game. L’idée est de montrer aux joueurs les origines de Life is Strange, le point de départ de toute la série. Un préquel plutôt bon, même si certains joueurs, certains fans lui reprochent un manque d’intérêt car les pouvoirs y sont inexistants ! Cet opus vous propose de prendre le contrôle de Chloé, la meilleure amie de Max !

 

LES EXTRAORDINAIRES AVENTURES DE CAPTAIN SPIRIT – 2018

Toujours lors de l’E3, mais en 2018 cette fois, Square Enix prend tout le monde par surprise avec l’annonce des Extraordinaires Aventures de Captain Spirit. Cette fois, c’est pas un préquel, mais un petit spin-off de Life is Strange qui a pour but de faire le lien avec Life is Strange 2. On y incarne Chris, un petit garçon qui a malheureusement une vie pas facile. Il se réfugie tous les jours dans son imagination et dans la peau de son super-héros qu’il a inventé !

 

LIFE IS STRANGE 2 – 2018

Après deux faux-espoirs lors de l’E3 2017 et l’E3 2018, la Gamescom 2018 sera la bonne pour les fans de la série Life is Strange ! Dontnod est bien de retour avec un second épisode prévu pour fin septembre ! Cette fois, terminé la ville d’Arcadia Bay, terminé Max et Chloé. Nous prenons la route de Seattle pour y faire la connaissance de Sean et Michael Diaz, les deux nouveaux personnages au centre de ce récit. Est-ce que l’attente valait le coup ? Réponse dans très peu de temps !

 

Merci à tous d’avoir suivit et apprécié ce nouvel épisode des Archives, nous on se donne rendez-vous très vite pour continuer le partager de la passion du jeu vidéo avec d’autres vidéos et articles ! En attendant, on oublie pas le petit like, le commentaire, le partage et de s’abonner !

Lettre Ouverte : Partageons la Passion du Jeu Vidéo

Les amis, aujourd’hui je vous propose une vidéo très spéciale. Il s’agit de l’une de mes vidéos les plus engagées à ce jour. Il n’y aura sans doute pas d’autres vidéos de ce genre, ni sur Rockstar Mag’, ni sur Liberty’s Games. Une vidéo pour vous dire les amis que nous sommes TOUS gamers ! Homme, femme, jeune, moins jeune, handicapés, qu’importe la race, qu’importe le sexe, qu’importe l’orientation sexuelle. Nous sommes TOUS unis autour d’une même et d’une belle passion du jeu vidéo. Alors ? Partageons là, plutôt que de nous prendre la tête pour des choses sans importances et créer des débats là où il ne devrait pas y en avoir !

Concours – Red Dead Redemption II

Les amis, nous sommes à 40 jours de la sortie de Red Dead Redemption II et il me semble que c’est le moment parfait pour lancer le deuxième concours du site et de la chaîne ! Après l’énorme succès du concours Red Dead Redemption II sur Rockstar Mag (plus de 1000 RT en une semaine) il me semble judicieux de doubler vos chances et d’organiser le même concours sur Liberty’s !

POUR PARTICIPER !

  • Sur YouTube :
    S’abonner à la chaîne
    Liker cette vidéo
    Publier un commentaire avec votre plateforme (PS4 ou Xbox One)
  • Sur Facebook :
    Liker ma page
    Liker cette publication
    La partager
    Indiquer via un commentaire votre plateforme
  • Sur Twitter : 
    Follow mon compte
    Liker cette publication
    Faire un petit RT
    Commenter pour donner votre plateforme !

Le concours débute aujourd’hui à 20h et durera jusqu’au mercredi 24 octobre 2018 ! Il ne s’agit pas d’un concours sponsorisé. C’est un concours que j’organise moi-même avec mes petits sous ! De ce fait, l’envoie du jeu se fera via Amazon pour que le gagnant puisse le recevoir le Jour-J ! Alors, surveillez bien le mercredi soir il faudra être très réactif pour que le gagnant m’envoie le plus vite possible ses coordonnées !

Bonne chance à tous !

Critique – Shadow of the Tomb Raider

Nous y sommes, Lara Croft est de retour pour son ultime aventure dans la trilogie qui retrace ses origines. Nous retrouvons la belle aventurière britannique sur les traces de légendes incas et Mayas au coeur du Pérou. Est-ce un retour gagnant ? Ou Lara va-t-elle être seulement l’ombre d’elle même ?

Logo Shadow of the Tomb Raider

Lara Croft est toujours confrontée à l’ordre de la Trinité. Cette fois, une mystérieuse boîte et une dague antique sont en jeu. Ces mystérieuses reliques auraient le pouvoir de contrôler le Soleil, et de réduire le monde à néant afin de rebâtir une civilisation à notre guise. Et le processus semble déjà en marche, puisque de nombreux tremblement de terre et tsunami frappent l’Amérique latine et l’Amérique du Sud. Le temps est compté pour Lara. Si l’ordre de la trinité met la main sur les deux reliques, le monde pourrait subir un sort terrible. Après quelques découvertes au Mexique, Lara prend la direction du Pérou.

Critique Shadow of The Tomb Raider Jungle

Le début de cette nouvelle aventure nous mène dans la jungle péruvienne. Premier constat qui fait bien plaisir, c’est l’ambiance. Nous avons véritablement l’impression de revivre les anciennes aventures de Lara Croft avec les premiers Tomb Raider. Il faut dire que cet opus n’est pas seulement développé par Crystal Dynamics, mais également par Eidos Montréal. Et pour rappel, Eidos est le développeur qui a lancé les aventures de Tomb Raider en 1996.
Nous nous retrouvons donc dans une jungle, sombre, où les jaguars font la loi. Comme dans Tomb Raider (2013) et Rise of the Tomb Raider (2015) le jeu propose une grande map, divisée en plusieurs zones à monde ouvert, où vous devez rechercher des objets, des collectibles, des vivres pour améliorer vos armes, et vêtements. Vous pouvez également y découvrir des secrets, des cryptes secrètes et des tombaux. Quoi qu’il en soit, vous l’aurez compris, nous repartons sur les mêmes bases et les joueurs ne seront pas perdus.

Critique Shadow of the Tomb Raider

Peu à peu, Lara tombe sur des villages dans la jungle et une première nouveauté survient. Lara est pour la première fois confrontée à la civilisation, où la belle aventurière se déplace librement et côtoie la population. On peut parler avec certains civils, découvrir leur histoire, mais aussi débloquer des missions secondaires ! C’est une première et les missions sont assez variées. Résoudre des conflits, cherchez des objets, sauver des habitants, on pourrait limite se croire dans un open-world ! L’ambiance est vraiment sympa, cela apporte un peu de nouveautés qui ne se refuse pas.

Au bout de quelques heures de jeu, nous commençons à visiter nos premiers temples inca, nos premières énigmes avec les légendes inca. Des énigmes qui rappellent là encore les anciennes énigmes des premiers opus. Certaines phases peuvent être gâchées par un gameplay qui peut se montrer capricieux par moment. Lara qui lâche prise inopinément, le grapin qui se détache sans prévenir, ou Lara qui s’emballe et réalise le saut de trop, cela peut vite nous faire échouer un mouvement.
Ce n’est pas le seul point technique qui pose souci, puisque la VF est plutôt bonne, mais il existe plusieurs moments dans le jeu où la voix n’est pas synchronisée avec les mouvements de bouche des personnages. De plus, le mixage audio est lui aussi discutable avec des moments ou les dialogues vont être très faibles par rapport à la musique. Enfin, dernier fait à souligner, c’est que la voix de Lara a changé. C’était Alice David qui doublée l’aventurière jusqu’à maintenant, et c’est Anna Sigalevitch qui reprend donc le flambeau. 

Autre point à relever, le fait que toutes les indications et les aides sont présentes tout au long du jeu, et qu’il est impossible de les désactiver. Et cela casse considérablement l’immersion.
Sinon, pour ce qui concerne l’aventure, Shadow of the Tomb Raider propose aux joueurs un scénario très bon, parfois un petit peu maladroit, mais l’histoire du jeu est globalement très bonne. On est ici dans l’une des meilleures aventures de Lara Croft depuis sa création, et sans doute dans le meilleur opus de cette trilogie. Graphiquement, le jeu est vraiment sublime, on voit l’efficacité du nouveau moteur utilisé pour cet opus. 

Comptez environ 15h de jeu si vous décidez de faire Shadow of the Tomb Raider d’une traite. Rajoutez bien cinq heures de jeux supplémentaires si vous prenez le temps de finir toutes les zones à 100%.

Verdict Shadow of the Tomb Raider

Il faut bien admettre qu’il y’a certaines scènes assez épiques dans ce nouvel opus. Des scènes où l’on voit Lara Croft s’endurcir. Le jeu est moins « hollywoodien ». Tout est plus naturel, crédible. Bien entendu, on n’échappera pas à deux ou trois moments spectaculaires qui font tout de même le mythe de Tomb Raider. 

Cependant, on ne pourra pas s’empêcher de reprocher à Square Enix de nous proposer une trilogie en demi-teinte. Dans le premier reboot, on voit bien l’évolution de Lara. Une jeune fille de 21 ans qui s’échoue sur une île sans aucune expérience et qui va être livrée à elle même. Avec Rise of the Tomb Raider, on se demande vraiment l’intérêt du jeu puisque Lara n’évolue pas au fil du jeu. Et l’on ne peut pas s’empêcher d’avoir le même sentiment avec ce final. On se demande bien si Lara devient-elle vraiment la Lara Croft ? On en doute. 

En conclusion, c’est un grand oui pour Shadow of the Tomb Raider. Le jeu n’est pas sans défauts, mais il propose une aventure passionnante au coeur du pays inca, dans des lieux somptueux qui sont mis en avant par une direction artistique et des graphismes magnifiques. On regrettera seulement quelques petits bugs, et un manque de nouveautés. 

SHADOW OF THE TOMB RAIDER : CE QUE L’ON AIME

  • Une aventure vraiment bonne
  • Les légendes Incas et Mayas
  • Direction artistique et graphismes somptueux
  • Un retour aux sources qui fait plaisir
  • Les cryptes et les tombaux sont toujours une valeur sûre !
  • Lara, plus belle, plus réaliste, plus attachante que jamais
  • Une bonne bande-son

SHADOW OF THE TOMB RAIDER : CE QUE L’ON AIME UN PEU MOINS

  • Quelques bugs, surtout au niveau du son
  • Changement de doublage pour Lara
  • La personnalisation des armes devenue inutile
  • Les indications qui s’affichent tout au long du jeu
  • Au final, on reste frustré. Lara est-elle vraiment devenue la vraie Lara Croft ? On en doute.

Critique Shadow of the Tomb Raider

Je ne peux que recommander cet opus pour les fans de Tomb Raider, les fans d’aventures et de légendes mayas. Ceux qui n’ont pas accroché aux deux premiers jeux risques d’avoir du mal à apprécier Shadow of the Tomb Raider qui reprend les mêmes bases. Quoi qu’il en soit, nous attendons maintenant avec impatience la suite, en espérant que le prochain opus nous propose d’incarner la véritable Lara Croft que l’on attend tous ! 

N’hésitez pas à lire ou relire le dossier spécial sur l’histoire de Tomb Raider (avec vidéo en bonus) à l’adresse suivante. Et on se dit à très bientôt pour de nouvelles vidéos sur Liberty’s Games !

Les Archives de la licence Tomb Raider

Dans deux petits jours, Lara Croft fera son grand retour sur PS4, Xbox One et PC avec ses dernières aventures dans Shadow of the Tomb Raider. Pour fêter cette sortie, je te propose de revenir sur l’ensemble de la saga Tomb Raider, de ses débuts en 1996 avec la toute première aventure sur les traces du Scion, jusqu’à son ultime épopée en Amérique Latine.

Logo Tomb Raider

 

TOMB RAIDER – 1996

Les première aventures de Lara Croft débarquent en 1996 sur Saturn et PlayStation. Le monde découvre Lara Croft, une jeune aventurière britannique qui parcourt le monde à la recherche des fragments du scion des Atlantides. Belle, sexy, intelligente, Lara va séduire tout le monde et s’impose comme un personnage emblématique du jeu vidéo.

 

TOMB RAIDER II : LA DAGUE DE XIAN – 1997

Un an plus tard, Lara Croft est de retour dans une nouvelle aventure. Cette fois, la belle aventurière part sur les traces de la légende de Xion, une dague antique permettant à n’importe qui de se transformer en dragon. Lara parcourt une nouvelle fois plusieurs pays et boucle un deuxième opus très bien reçu par la presse et les joueurs !

 

TOMB RAIDER III : LES AVENTURES DE LARA CROFT – 1998

Lara enchaîne les expéditions. En 1998, elle repart à l’aventure avec Tomb Raider III : Les Aventures de Lara Croft. Cette fois il est question de récupérer des fragments d’une météorite tombée du temps des polynésiens.
Les bases sont reprises par les équipes d’Eidos et de Core Design, la formule marche toujours avec une Lara qui grimpe en popularité !

 

TOMB RAIDER : LA RÉVÉLATION FINALE – 1999

Toujours un an plus tard, Lara Croft est de retour pour offrir à ses fans une quatrième aventure. Cette fois, Lara va combattre la divinité égyptienne Seth en Egypte. La belle va parcourir tout le pays, du Caire à Alexandrie en passant par Louxor.
Graphismes améliorés, nouveau système de progression, quelques nouveautés de gameplay, tout est encore bon pour Lara !

 

TOMB RAIDER : SUR LES TRACES DE LARA CROFT – 2000

Le premier point d’arrêt de Lara sera avec le cinquième opus de la série en 2000. Portée disparue à la fin de ses aventures en Egypte, Eidos et Core Design proposent aux joueurs de jouer seulement à travers des flashbacks dans Tomb Raider V. Un système qui ne va pas trop plaire et qui apportera surtout absolument aucune nouveauté.

 

TOMB RAIDER : L’ANGE DES TÉNÈBRES – 2003

Après trois ans de pause, Lara revient sur les nouvelles consoles avec Tomb Raider l’Ange des Ténèbres. Malheureusement, ce retour ne sera pas très glorieux… On y retrouve une Lara limite gothique, qui laisse sa tenue d’aventurière pour une tenue en jean, dans les rues de Paris et de Prague. Lara endosse le rôle d’un enquêteur et cela ne va pas vraiment plaire aux fans…

 

TOMB RAIDER LEGEND – 2006

Une nouvelle pause de trois ans s’impose pour Lara. Elle revient plus belle que jamais dans Tomb Raider Legend en 2006. Cette fois, Lara reprend son rôle d’aventurière et part sur les traces de l’épiée du Roi Arthur : Excalibur. Le pouvoir de l’épée lui permettra d’en apprendre plus sur la disparition de sa mère. Un jeu qui remonte enfin les critiques autour de la licence !

 

TOMB RAIDER ANNIVERSARY – 2007

L’année d’après Lara revient avec un très sympathique remake de ses premières aventures ! Tomb Raider Anniversary est une réédition des premières aventures de Lara sur les traces du Scion mais avec des graphismes à la pointe de la technologie d’époque ! Un joli cadeau pour les dix ans de la licence !

.

 

TOMB RAIDER UNDERWORLD – 2008

La nouvelle aventure inédite de Lara arrive en 2008 avec Tomb Raider Underworld. Lara part sur la piste des gants, de la tenue et du marteau de Thor afin de trouver Avalon, l’endroit où sa mère serait retenue prisonnière. Lara devra faire face à Amanda Evert (antagoniste de Tomb Raider Legend) et Jacqueline Natla (celle du premier opus). Malgré son très bon potentiel, le succès de Tomb Raider Underworld ne sera pas à la hauteur des attentes.

 

TOMB RAIDER – 2013

En 2013, il est temps pour Lara Croft de renaître de ses cendres. Square Enix et Crystal Dynamics proposent un reboot total de la série avec Tomb Raider, où l’on découvre une jeune Lara âgée de 21 ans qui part pour sa toute première expédition au large du japon sur les traces de la légendaire sorcière Himiko. Un succès pour le jeu qui sera très bien reçu par la presse et les joueurs !

 

RISE OF THE TOMB RAIDER – 2015

La suite du reboot arrive en novembre 2015 avec Rise of the Tomb Raider. Cette fois, Lara poursuit les recherches de son père qui travaillait activement sur la recherche de la vie éternelle. Richard Croft était sur le point de faire une grande découverte sur l’immortalité de l’âme grâce à la Source Divine, puissante relique pouvant conférer l’immortalité.
Là encore, le jeu est très bien reçu et tout le monde avec impatience le troisième opus et le grand final !

 

SHADOW OF THE TOMB RAIDER – 2018

Enfin, après plusieurs mois de rumeurs, Square Enix confirme en avril l’arrivée de Shadow of the Tomb Raider et présente le jeu au mois de mai. Cette fois, Lara achève sa formation en Amérique Latine autour d’une étrange légende Mayas. Le jeu est prévu pour le 15 septembre 2018. Et nous avons tous hâte de voir Lara devenir l’aventurière que nous aimons tant !

 

Merci à tous d’avoir été présent pour ces premières archives. On se donne rendez-vous très vite pour un deuxième épisode déjà programmé pour fin septembre !

Les débuts du Jeu Vidéo – L’Anecdote du Jeu Vidéo #01

Bonjour les amis,
Nous nous retrouvons aujourd’hui pour le lancement d’une nouvelle série avec : L’Anecdote du Jeu Vidéo.
L’idée ? C’est de faire une vidéo par mois concernant un fait insolite et plus ou moins connus de l’histoire du jeu vidéo !
Pour ce premier épisode, nous allons partir en 1950, là ou le jeu vidéo à débuter son histoire !
L’idée de Ralph Baer dès 1951.
La création du jeu OXO sur l’EDSAC en 1952.
L’avancée folle avec Tennis For Two en 1958. Jusqu’aux années 60’s avec l’arrivée de Spacewar.
Le retour de Ralph Baer en 1966 avec la Brown Box !
Puis la création du tout premier jeu de gestion avec Hamurabi… Plongez dans l’histoire du jeu vidéo avec cette première anecdote du jeu vidéo !

Bonne fin de journée à tous et à très vite pour de nouvelles vidéos !

Aperçu – Marvel Spider-Man

Depuis quelques années, l’univers Marvel s’est imposé dans la plupart des plateformes de divertissement notamment au niveau du cinéma et du jeu vidéo. Difficile à croire qu’il y’a quelques années, Marvel était à la limite de la faillite les forçant à vendre leur licence Spider-Man. Mais ceci est de l’histoire ancienne, et depuis, la firme a repris des couleurs et elle a même réussi à remettre la main sur l’homme-araignée. C’est donc sous les couleurs Marvel qu’Insomniac Games (à qui nous devons Spyro, Ratchet & Clank, Resistance ou bien encore Sunset Overdrive) annonce lors de l’E3 2016 : Spider-Man.
L’idée ? Proposer aux fans un jeu qui reviendra sur les bases des jeux Spider-Man que nous avons connus du temps de la PSOne et de la PS2. Défi réussi ?

Logo Marvel Spider-Man

 

.
Bienvenue à Manhattan, la principale île de New York City où vit Peter Parker, alias Spider-Man, l’homme-araignée qui aide la police à rendre la justice face à de dangereux criminels. L’histoire vous plonge directement dans la peau du superhéros puisque l’on apprend que Peter Parker mène une double vie depuis maintenant 8 ans ! Nous ne sommes donc pas dans un remake, ou un reboot, mais bien dans un nouvel épisode original.
Très vite, nous sommes lâchés dans cet immense air de jeu. Nous n’avons peut-être pas le droit à toute la ville de New York, mais les équipes d’Insomniac Games ont fait un travail impressionnant pour modéliser chaque recoin de Manhattan. Et l’on prend très vite du plaisir à se balancer entre les buildings de la ville, visiter la ville du haut des toits et contempler certains paysages grandioses (qui sont encore plus beaux grâce au mode photo très poussé).

Marvel Spider-Man PS4

Le jeu adopte un système de gameplay très dynamique. Le déplacement est fluide, même sur PS4 standard. Les mouvements sont naturels, et même lorsque nous faisons quelques loupés, Spidey parvient à se reprendre plutôt agilement, pour continuer sa course. Ça va vite, les mouvements s’enchaînent, et le jeu reste stable. Certains effets de lumières sont vraiment sympas. On regrettera le fait qu’il n’y ait pas de cycle jour/nuit dynamique. Ainsi, le jeu propose plusieurs moments de la journée comme le matin et l’après-midi, la fin de journée avec de beaux effets grâce au couché de soleil, et la nuit. Dommage que le système d’heures ne soit pas comme dans la plupart des mondes ouverts.
Marvel Spider-Man propose cependant une multitude d’activités, de quêtes annexes, et de collectibles à rechercher dans toute la ville. Cela vous permettra de bien prendre en main le gameplay, de découvrir la ville, découvrir certains lieux cachés, mais aussi, et surtout de pouvoir améliorer vos équipements et vos gadgets. Sans oublier la création de vos nouvelles tenues.
C’est d’ailleurs un point fort du jeu. Vous avez une multitude de gadget, de tenues, et d’équipements qu’il est possible de trouver, fabriquer et améliorer. Clairement, les fans de l’homme-araignée vont être comblés devant certaines tenues !

Drôles de tenues pour Spidey - Spider-Man PS4

Comme j’ai pu l’indiquer, avec le retard pris cet été, la masse de travail qui arrive en septembre (avec Red Dead Redemption II et les prochains jeux) et par le fait que je ne sois pas fan de l’univers Marvel, je n’ai pas craqué pour Spider-Man. J’ai eu l’occasion de faire une longue session de jeu de plus de 6h pour pouvoir faire cet aperçu. Je ne pourrai donc pas juger la véritable durée de vie de cet opus ni la qualité de son scénario. Cependant, lorsque l’on voit les retours de la presse mondiale, je pense que l’on peut clairement dire que le jeu fait vraiment le job.

Pour ce qui est des quêtes secondaires, elles ont l’air nombreuses et plutôt variées. Elles seront un atout pour prendre le jeu bien en main avant de se lancer dans les missions principales qui vous demanderont pas mal d’agilité et de réflexes pour en venir à bout des principaux méchants emblématiques de la licence Spider-Man.
N’oubliez pas de faire un petit tour sur votre téléphone (in-game) pour suivre vos réseaux sociaux, voir le nombre de followers et lire leurs commentaires sur vos actions ou vos nouvelles tenues ! Cet aspect du jeu est assez drôle et certains commentaires méritent d’être lus !

Pour terminer, il faut bien admettre qu’il y’a une chose qui me perturbe avec Marvel Spider-Man… C’est la ressemblance qu’il peut avoir avec inFamous Second Son.
Développé par Sucker Punch (à qui nous devons Sly Cooper et prochainement Ghosts of Tsushima), inFamous Second Son est arrivé en 2014 en exclusivité sur PS4 avec comme personnage principal Deslin Rowe. Un jeu plutôt dévergondé, avec un style bien classe, qui ne se prend pas trop au sérieux, avec pas mal de petites vannes et punchlines.
De l’autre côté, nous avons donc Spider-Man, avec un Peter Parker qui reprend les traits du Peter Parker que nous avons vu dans le dernier film de Spider-Man avec, là aussi, un jeune qui ne se prend pas trop au sérieux, plutôt blagueur. Prenez donc ces deux héros. Donnez-leur des pouvoirs spéciaux, leur permettant de voler à travers les bâtiments, leur permettant de se déplacer de manière assez insolite, de combattre le crime. Et demandez à Donald Reignoux de doubler la voix des deux personnages. Et bien, cela nous donne deux jeux très similaires. Personnellement, c’est ce qui m’a le plus perturbé avec ma démo de Spider-Man. J’avais l’impression de jouer à inFamous Second Son avec un skin de New York et un costume de l’homme-araignée. Des répliques semblables, des mouvements et un style de combat très similaire, des missions annexes qui se ressemblent. Un système de gameplay et de communication par radio identique. Clairement, les deux jeux sont très très proches. Maintenant, ce n’est pas forcément un reproche, étant donné que inFamous Second Son était un très très bon jeu. Il faut juste souligner ce point qui est pour moi assez important et perturbant.
Autre petit point faible, on notera que le doublage en français est plutôt bien soigné, mais on ne comprend pas pourquoi l’ensemble des PNJ de la ville eux ne le sont pas. Ainsi, les personnages principaux du jeu parlent en français, mais tout le reste de la ville en anglais. 

Aperçu Marvel Spider-Man PS4 Verdict

Au final, Spider-Man c’est un grand « oui », MAIS… Pas pour tout le monde. Les fans de la première heure qui attendant avec impatience chaque comics, tous les films et tous les jeux vont être comblés de bonheur. Ceux qui ne sont pas aussi fans, mais qui ont pris beaucoup de plaisir sur les anciens jeux Spider-Man le seront aussi.
Pour les autres, ceux qui aiment les jeux d’action, open-world, ou qui ne sont pas particulièrement fans de l’univers Marvel, le jeu pourrait être un simple passe-temps qui ne parviendra pas à les tenir en haleine jusqu’au bout. Spider-Man vise clairement une cible de joueurs, pour ceux qui hésitent, il serait peut-être préférable d’attendre une baisse de prix dans les prochains mois ! 

On se dit à très vite sur Liberty’s Games avec de nouveaux articles, de nouvelles vidéos et de nouvelles émissions ! Soyez prêt !

Critique – Detroit Become Human

C’est lors de la Paris Games Week 2015 que le studio français Quantic Dream a dévoilé son cinquième projet depuis la création du studio : Detroit Become Human. Un jeu avec une ambition colossale, qui promettait de marquer les joueurs. Au fil des années, la hype ne cessait de monter. Le jeu s’annonçait vraiment magnifique visuellement parlant, l’histoire du jeu en intrigué plus d’un. On avait hâte de mettre enfin les mains sur la dernière production de David Cage.
Cette attente a pris fin le 25 mai dernier. Avons-nous eu raison d’être impatients?

Logo Detroit Become Human

Bienvenue dans la ville de Detroit en 2038. L’une des villes américaines les plus évoluées et le plus en avance sur son temps notamment dans l’avancée technologique. Les rues sont peuplées d’Androïdes, des robots à l’apparence humaine, dotée d’une intelligence artificielle. De véritables petits serviteurs qui font vos courses, qui font le ménage, et qui s’occupent de vos enfants. Qui vous rend la vie meilleure au point que l’on commence à utiliser les Androïdes pour les tâches les moins agréables. Peu à peu, les Androïdes prennent votre travail. Ainsi le chômage est en hausse critique et l’arrivée des Androïdes ne fait pas l’unanimité.

Detroit va vous raconter l’histoire de trois Androïdes, d’une classe sociale totalement différente. Vous contrôlez Conor, un Androïd de CyberLife qui la société qui a créé et qui développe les Androïd. Conor est l’assistant de la police de Detroit ou il enquête généralement sur des crimes impliquant d’autres Androïdes.
Nous avons aussi Markus, un Androïd qui est le serviteur d’un vieil homme, riche, un artiste, qui le considère comme son semblable et traite Markus comme un humain.
Et enfin Kara, une Androïde qui sert une famille pauvre avec un chef de famille alcoolique et violent, pour qui un Android est un esclave rien de plus.

Detroit Become Human : Connor, Markus, Kara

Nous avons ainsi différents contrastes, différentes situations. Et après seulement quelques heures de jeux, on comprend très vite là où les équipes de Quantic Dream avaient envie d’arriver. On dit généralement que l’on apprend de nos erreurs et que l’on ne refait jamais les mêmes erreurs. Que l’espèce humaine et vouée à évoluer, s’améliorer. Quantic Dream nous prouve avec brio que c’est faux. Car les Android de 2040 sont tout simplement les noirs des années 40. Ils sont réduits à l’état d’esclave. Certains lieux leur sont interdits. On ne leur doit pas la politesse. Dans le bus ils doivent rester debout au fond du bus, là où ils ne sont pas en contact avec les autres humains.
À première vue, cela ne devrait pas poser de problèmes, puisqu’il s’agit simplement de machines, dépourvues de conscience, de sentiments, ce sont des objets, programmée pour nous aider. Un peu comme on ne respecterait pas un aspirateur, car il n’a pas de conscience, parce qu’il est conçu pour, mais quand est-il lorsque ces Androïdes vous parlent ? Vous répondent ? Quand ils s’attachent à vous ? Et qu’ils montrent même un début de prise de conscience ?

Test Critique Detroit Become Human

Au bout de quelques heures de jeu, on est confronté à des situations gênantes, tristes, qui nous font réfléchir. On pense entrer dans un Nouveau Monde qui avance, qui évolue, avec de la nouvelle technologie… Mais en réalité, on est juste en train de revenir dans un passé qui nous semblait lointain et révolu, tout simplement parce que l’Homme n’accepte pas l’idée que quelqu’un de différent puisse lui ressembler tout en étant terriblement différent. Si dans l’Histoire c’était la couleur de peau qui donnait le droit à l’homme blanc de s’autoproclamer au-dessus des autres, qui lui donner le droit de dire qu’il était supérieur. Quantic Dream tant à nous montrer que dans l’avenir, les hommes auront bien du mal à accepter qu’une machine puisse ressentir des émotions, des sentiments et qu’ils aient envie de vivre libres.
Car c’est bien ça tout l’enjeu de Detroit Become Human. L’avancée technologie à tellement évolué, l’intelligence artificielle est tellement au point, que certains Android commencent à développer une conscience. Ils commencent à avoir une morale. À faire la différence entre le bien et le mal. Pour faire simple, les machines sont en train de devenir vivantes.
Lorsqu’un Android est confronté à des situations très délicates, il peut franchir un point de non-retour et commettre une action qui n’est pas programmée dans les fonctions de l’Android. À partir de ce moment là, de ce point de non-retour franchi, l’Android devient un Deviant. Un Android avec une conscience capable de déjouer son programme et de faire les choix par lui-même.
Comme une épidémie, qui se repend, les devient vont se multiplier et la ville de Detroit va vite être dépassé.

Critique Detroit Become Human

_ Kara va devenir devient pour sauver sa vie, et va chercher à fuir les États-Unis pour rejoindre le Canada. Elle sera accompagnée d’Alice, une jeune fille qui était également en danger.
_ Markus va être accusé à tort d’un crime qu’il n’a pas connu et suite aux conseils de son maître, de son enseignement, il va décider d’agir, de faire changer les choses et il va petit à petit être amené à lancer la révolution pour que le gouvernement accorde des droits aux Android.
_ Conor, lui c’est l’Android le plus perfectionné jamais conçu par CyberLife. Il aide la police à traquer les devient et agit seulement en suivant a la lettre son programme et ne ce souci pas des sentiments des autres et de ses propres sentiments.

Comme souvent, nous allons pouvoir faire des choix dans Detroit. Ainsi, avec Markus nous allons pouvoir choisir de mener une révolution pacifique ou une révolution violente. En prenant l’option de la violence, les choses vont vite dégénérer et des émeutes vont éclater un peu partout dans la ville.
En choisissant de mener une révolution pacifique, les Android vont se mettre la population dans la poche, et vont être soutenus. Mais ils vont aussi se faire massacrer par les unités spéciales sous l’ordre du gouvernement. On assiste vraiment à des scènes de décapitation gratuite. Ou des Android avancent, le point levé, sans arme et qui se fait tirer dessus gratuitement par la police. On peut clairement dire que ce sont des scènes qui nous prennent vraiment aux tripes.

Je ne vais pas aller par quatre chemins. Detroit Become Human est un chef d’oeuvre. L’histoire est touchante, prenante, les personnages sont très charismatiques. J’ai un peu moins accroché à Markus qui est pourtant l’un des rôles les plus importants, mais globalement ça fait le taff et je pense qu’il est impossible de ne pas être touché par ce jeu, par cette histoire.
Graphiquement le jeu est sublime, on est dans un monde riche. À aucun moment dans le jeu je ne me suis senti lassé, ou il y’a eu un moment qui m’a paru long. J’ai dévoré le jeu sans voir les heures passées. Et aujourd’hui encore je pourrai, et il faut que je le refasse tellement il y’a des embranchements différents. Il y’a une multitude de fins différentes dans chaque chapitre. C’est sans doute l’un des jeux les plus aboutis de Quantic Dream avec un souci du détail et un sens de l’écriture qui est tellement bon, tout simplement.

DETROIT BECOME HUMAN – CE QUE L’ON AIME

  • Un scénario cohérent, bien ficelé
  • Trois personnages, trois points de vue, trois histoires
  • Graphiquement sublime
  • Une multitude de possibilités, une multitude de fins possibles
  • Les trois personnages charismatiques et attachants
  • La possibilité de mener une révolution pacifiste ou violence
  • L’univers complètement fou
  • Bonne durée de vie

DETROIT BECOME HUMAN – CE QUE L’ON AIME UN PEU MOINS

  • Certains moments de l’histoire passés un peu trop vite
  • Markus, seul héros un peu en retrait, pas aussi charismatique sur Kara et Connor
  • Les QTE qui peuvent en freiner plus d’uns

Verdict Detroit Become Human

Je ne peux que te recommandé ce jeu qui est clairement un incontournable de cette année 2018 mais aussi et surtout de la PS4. Et je suis tellement content de voir que Detroit a était récompensé par la presse internationale puisque c’est à ce jour le jeu Quantic Dream qui s’est le plus rapidement vendu et qui a obtenu les meilleures notes.

Scroll to top