• Type:
  • Genre:
  • Duration:
  • Average Rating:

APERÇUS

.
Sur Liberty’s Games, nous sommes passionnés de jeux vidéo et nous souhaitons en parler et vous guider vers vos futurs achats ! Les aperçus sont des articles et vidéos détaillés qui sont là pour vous donner un avis sur les derniers jeux du moment ou sur les jeux qui vont arriver dans les prochaines semaines ou les prochains mois. Ce sont nos avis à chaud, après une petite heure de jeu où lors d’un test pendant un salon. Les premiers points positifs, les premiers points qui nous refroidissent un peu etc… Il ne s’agit pas d’articles définitifs, puisqu’il s’agira d’avis fondés sur un tout petit moment de jeu. Mais déjà, il y aura de quoi ce faire une idée !

Aperçu – CTR Nitro Fueled

C’est une des previews que j’attendais le plus (et vous aussi peut-être). Voici dès maintenant mon premier avis sur CTR Nitro Fueled, le remaster tant attendu de CTR, Crash Team Racing sortie le 20 octobre 1999 sur PS One par la petite équipe de Naughty Dog qui été composée à l’époque de 23 membres ! 20 ans plus tard, CTR est de retour, cette fois sous l’aile de Beenox et d’Activision. La magie a-t-elle une chance d’être aussi forte qu’en 1999 ?

C’est au cours d’une petite séance de 45 minutes que j’ai pu enfin mettre les mains sur CTR Nitro Fueled pour tester trois circuits mythiques de CTR ! Crique Crash, le tout premier circuit du jeu, le circuit de Crash Bandicoot. Canyon Dingodile, et Col Polar. Dès l’extinction des feux, c’est le coup de coeur ! Le gameplay est respecté à la lettre, les circuits sont respectés et reproduits fidèlement pour y ajouter plein de petits détails intéressants, les graphismes sont sublimes avec là encore une multitude de petits détails, et la bande-son est assez originale finalement ! Petit plus, on pourra choisir entre la bande-son 2019 ou celle de 1999. 

Bien plus d’infos dans la vidéo ou dans ma preview écrite sur Presse-citron à cette adresse ! N’hésitez pas à voir ou revoir également mon comparatif CTR 1999/2019 juste ici.
Merci à tous d’avoir suivi cette analyse, cette avant-première de CTR Nitro Fueled, on se donne rendez-vous très vite pour plein de nouvelles et plein de belles choses… A très vite !

Aperçu – Night Call

Annoncé lors de l’E3 2018 pendant la conférence PC Gaming Show, Night Call est le nouveau petit bébé des studios français Monkey Moon situé à Lyon et BlackMuffin Studio. Un jeu narratif, en noir et blanc, dans un Paris moderne, à la traque d’un tueur en série. Sur le papier ça donne envie, mais une fois en jeu est-ce la même chose ?

Dans Night Call, vous incarnez un chauffeur de taxi à Paris. La police est dans l’impasse depuis de nombreuses semaines suite à une série de meurtre orchestré par un serial killer. Cela fait quatre mois que les victimes se font de plus en plus nombreuses, et l’enquête n’avance pas. La tension est à son comble. De votre côté, vous ne savez pas grand-chose de cette affaire, et vous ne voulez pas vous en mêler. Jusqu’au moment où vous allez être impliqué dans l’affaire.

[LIRE LA SUITE]

La suite de la preview est à lire sur Presse-Citron.net. Découvrez mon (bon) avis par écrit ! Découvrez d’autres aperçus en vidéo juste ici.
Night Call est attendu pour cette année 2019 sur PC, Mac, Linux, Nintendo Switch et sur les mobiles iOS et Android.
Merci d’avoir suivit mon avis en vidéo ! N’oubliez pas le petit like, le partage, le petit commentaire et de s’abonner si ce n’est pas déjà fait ! Salut à tous !

Aperçu – Scraper (3DRudder & PSVR)

Découvrez un aperçu du jeu Scraper, sorti en novembre 2018 sur PS4 avec le PlayStation VR, mais qui n’est toujours pas annoncé en tant que jeu compatible avec le 3DRudder ! Une belle petite exclusivité pour découvrir un niveau du jeu lors d’un démo de 30 minutes ! Est-ce prometteur ?

Logo Scraper

En Bref…

La compatibilité avec le 3DRudder semble être très bien réalisée ! Le jeu répond parfaitement, on peut se déplacer dans n’importe quel sens. Que ce soit vers l’avant, ou vers l’arrière, sur le côté ou en rotation, le jeu répond à la perfection. Comme souvent, n’étant pas sensible aux effets de Motion Sickness, je ne pourrai pas me prononcer sur ce point. Cependant, c’est tellement naturel, que je ne pense pas que le jeu puisse être violent pour les personnes qui peuvent souffrir de ces effets. 

Pour ce qui est du jeu en lui même, il se déroule dans le futur, sur une base spatiale ! L’univers fait beaucoup penser à Halo ou Destiny pour les costumes, Avatar ou TitanFall pour les robots que l’on pilote. Le but du niveau auquel j’ai pu jouer était de se déplacer dans une zone remplie d’ennemis afin d’activer 6 posts de commandes pour passer au niveau supérieur. Une première prise en main sympa, qui peut s’avérer vite répétitive si tous les niveaux se déroulent ainsi. Cependant, si des voyages dans l’espace sont prévus, à bord de vaisseau, cela peut-être très intéressant ! 

Mention spéciale aux interactions dans le cockpit qui sont assez énormes et très variées ! Que ce soit pour le choix des armes, activer le bouclier, donner des coups au corps à corps, lancer une attaquer spéciale ou encore configurer les options ! 

Voilà pour ce petit aperçu, j’ai hâte d’en savoir un peu plus et de découvrir la version finale avec le 3DRudder ! Merci encore aux équipes, n’hésitez pas à mettre un petit pouce bleu, de vous abonner si ce n’est pas déjà fait, et on se dit à très vite les amis ! 

Aperçu – Just Cause 4

L’année 2018 touche à sa fin, et les deux grosses dernières sorties de l’année sont arrivées. Super Smash Bros Ultimate sur Switch, et Just Cause 4 sur PS4, Xbox One et PC. D’un côté, une exclue Nintendo légèrement sur-côté à mon gout, et de l’autre, Rico « Rambo » Rodriguez qui part encore une fois tout seul en guerre face à une dictature qui peut contrôler le climat (rien que ça). Que vaut donc cette quatrième aventure de notre chère Rico ? Je vous dit ça tout de suite !

Logo Just Cause 4

 

Bienvenue sur l’île de Solis, un nouvel environnement paradisiaque et juste immense, mais qui a de nouveau besoin d’un héros. Car oui, encore une fois un terrible dictateur sème la terreur et l’oppression sur le peuple, le forçant à vivre dans la peur. Bref, il n’y a qu’un seul homme qui peut rétablir les choses c’est bien entendu Rico Rodriguez. Désormais, notre bon Rico n’est pas à mi-chemin avec Rambo, mais plutôt à mi-chemin avec Terminator. En effet, votre grappin est désormais personnalisable, il est possible d’y installer des gadgets divers et variés et qui, parfois, servent vraiment à pas grand chose !
Vous en avez marre de votre bateau de plaisance qui rame ? Pas de soucis, installez y un mega propulseur grâce à votre grappin et ce dernier va s’envoler !
Vous avez également droit à un oeil bionique permettant de voir des choses que personnes ne peut voir ! Bref, je suis certain que dans Just Cause 5, Rico ne sera plus un humain !
Du coup, déjà que les trois premiers opus c’était le gros carnage, un jeu ultra-bourrain avec un Rico à peu-près humain, dans Just Cause 4 c’est encore plus le défouloir. Et on va dire que c’est le gros avantage du jeu de pouvoir littéralement tout péter. Le moindre bidon d’essence que vous allez exploser donnera une réaction ne chaîne qui fera tout exploser autour de vous. Les explosions sont bien faites ce qui donne un joli spectacle, ce qui nous donne envie de continuer et de tout faire péter. Tout le temps. Mais une fois l’effet « wouah c’est trio bien », on s’ennuie.

Screenshot Just Cause 4

Comme on s’ennuie, et bien on se lance tête baissée dans le mode histoire. Et là, c’est le drame. Car oui, si l’ensemble des scénario des Just Cause n’étaient pas ouf, et bien celui du 4 est catastrophique. Je ne vais pas mentir, si Just Cause 4 bénéficie seulement d’un « aperçu » un peu poussé et non d’une vraie « Critique » c’est parce que je n’ai pas eu la force d’aller jusqu’au bout du jeu par manque de temps et par ennuie total.
A aucun moment dans les 4-5 premières heures de jeu, ce dernier n’est crédible. Personnages mal joués, texte gênant, et mission très, très répétitive. Une fois sur deux il faut se positionner sur le toit d’un véhicule et le défendre d’un point A à un point B… Le jeu est vraiment simple, on fonce, on ne vise même pas, on tire dans le tas et ça passe. Ajoutez à cela de nombreux bugs et ça nous donne vraiment un jeu idéal pour ceux qui veulent juste tout péter encore, encore et encore. Autant vous dire que pour un joueur comme moi qui attache beaucoup d’importance au scénario, au script, à l’environnement du jeu, c’est la douche froide. Surtout un mois et demi après Red Dead Redemption II.

Screenshot Just Cause 4

Autre chose qui peut s’avérer sympa, c’est la principale nouveauté du jeu : les conditions climatiques. Les premières tornades, les premiers blizzard sont assez impressionnants et amusant, mais là encore tout comme le fait de tout péter, c’est drôle au début, mais cela devient très vite répétitif et lassant.
A côté de cela, on devra faire avec des graphismes très limites et parfois même honteuses pour un jeu PS4, One et PC. Un jeu pas crédible dans son ambiance très sombre mais avec une armée du chaos (les résistants qui aident Rico) en mode punk multicolore à la Rage 2.

CE QUE L’ON AIME DANS JUST CAUSE 4 :
– Ce jeu est un gros défouloir
– Action non stop
– Ça explose de partout et les explosions sont jolies
– Les premiers moments face aux conditions climatiques

CE QUE L’ON AIME MOINS DANS JUST CAUSE 4 :
– Mon dieu que c’est moche par moment
– Des bugs, encore des bugs !
– Le style punk vu et revu
– Le scénario nul, très nul.
– Aucune crédibilité des personnages
– Missions répétitives
– L’intelligence de l’IA inexistante

Just Cause 4 Screenshot

A force de vouloir proposer toujours la même chose, Rico se fait emporter par la tempête. Un énorme bac à sable qui a du potentiel mais qui ne creuse pas pour proposer le meilleur. Alors oui, les possibilités sont quasiment infinies entre les gadget proposés, la possibilité de tout faire péter… Mais les bugs et l’intérêt inexistant du scénario va en frustrer plus d’un, surtout au prix de lancement du jeu. Finalement, il n’y a pas tant de nouveautés par rapport au précédent opus et Avalanche Studio à tout intérêt à prendre son temps pour le cinquième opus de Just Cause car la série se perd de plus en plus au fil des épisodes…

Merci à tous d’avoir suivit cet aperçu/critique, on se retrouve dès 2019 pour de nouveaux tests avec des jeux en VR ! On oublie pas le like, le partage, le commentaire et de s’abonner si ce n’est pas déjà fait ! Merci à tous !

[PGW 2018] Aperçu – Dreams

C’est un jeu que j’attends tout particulièrement, puisque c’est la toute nouvelle création de Media Molecule, un studio à qui l’ont doit la licence LittleBigPlanet. La devise de LBP ? Jouer, créer, partager. Et c’est bien ce qui sera au coeur de Dreams, un nouveau jeu ou vous allez pouvoir créer non pas vos propres niveaux, mais vos propres jeux ! Créer des univers uniques, incroyables, y jouer seul ou avec vos amis et les partager pour les faire découvrir à la Terre entière !

J’ai eu la chance de tester le jeu pendant bien 20 minutes à la Paris Games Week. Accompagné d’une charmante hôtesse PlayStation dans un premier temps pour tester les différents niveaux jouable à deux, et seul dans un second temps pour tester un niveau solo. La première démo était un jeu de plateforme où l’on contrôlait deux petits robots (qui ressemblaient beaucoup aux Astro-Bots de la PlayStation Eye). L’idée était de parcourir un niveau, ramasser des items, s’aider à passer des épreuves. La coopération était bien mise en avant et je dois admettre que c’était très très sympa à deux !

Le second niveau était un party-game ! On était donc pas dans un niveau comme LittleBigPlanet où le but est d’aller d’un point A à un point B, mais de marquer de points et de gagner des manches. C’est là le point fort de Dreams, c’est que, contrairement à LittleBigPlanet sur PS3 et PS4 où l’on pouvait créer bons nombres de niveaux et les partager, on était limité à des niveaux pour un jeu de plateforme. Cette fois, avec Dreams, vous n’êtes plus limités ! Ainsi, on contrôlait des marteaux et le premier mini-jeu nous proposait de planter le plus rapidement possible des clous sur une planche en bois ! Ensuite, on avait des ballons qu’il fallait envoyer dans le camp adverse ! Très clairement, c’était fun, drôle, et addictif !

Enfin, pour la partie solo, j’ai eu droit à un nouveau niveau de plateforme qui faisait beaucoup penser à Ori & The Blind Forest sur Xbox One. Un jeu magnifique, qui me fait de l’oeil si jamais je viens à passer sur Xbox. Pour ce qui est de Dreams, on pourra créer un monde similaire à Ori, avec un petit personnage qui peut se transformer en boule céleste blanche qui navigue à travers le niveau.

Graphiquement, Dreams est très joli. Techniquement, je n’ai pas pu exploiter toutes les possibilités du jeu, mais pour un premier aperçu, c’est une très très bonne surprise et j’en redemande ! Alors, j’ai vraiment hâte d’avoir plus d’infos sur le jeu comme par exemple… Une date de sortie ?

Merci à toi d’avoir suivit cet aperçu et les six aperçus de la Paris Games Week qui ont été publié cette semaine ! Pour rappel, on avait du Pokémon Let’s Go, Days Gone, Super Smash Bros. Ultimate, The Dark Pictures, Resident Evil 2 et donc Dreams pour conclure ! On se retrouve dès cette semaine pour de nouvelles vidéos, le retour des séries, une nouvelle critique et plus encore !

[PGW 2018] Aperçu – Resident Evil 2 Remake

Quand une saga aussi légendaire que Resident Evil 2 prépare son come-back par l’intermédiaire d’un Remake… Et que cela concerne l’un de ses plus emblématiques opus qui est demandé depuis des mois par les fans, ce retour se fait attendre et la hype est bien présente. Lors de son annonce du côté de chez PlayStation à l’E3 2018, le jeu à fait sensation. Et là c’est bien du côté de chez Xbox que j’ai pu parcourir mes premiers pas dans la peau de Leon…

La première chose qui va frapper c’est les graphismes. Mon dieu qu’il est beau ce Resident Evil 2 Remake ! Bien plus joli que Resident Evil VII (absence de VR oblige) il en prend en tout cas les mêmes bases dans l’HUD. Les fans ne seront pas perdus, mais les novices vont peut-être avoir un peu de mal pour combiner des objets, ou gérer leur inventaire.
Qui dit remake, dit forcément retour aux sources et Dieu que c’est bon ! Enfin le retour des zombies, l’âme de Resident Evil ! Des morts-vivtants, qui font des bruits chelous, qui avancent tout doucement (mais surement) assoiffés de sang et de chaire fraîche !
Petit souci pour ma part, je trouve que Léon se déplace vraiment trop… Trop lentement. Ce qui, en soit, ne me dérange pas, mais qui n’est pas très crédible quand trois-quatre zombies lui court après et que le mec trottine à peine !
Autre point qui pourrait en déranger plus d’un, la violence et le côté « gore » du jeu qui, personnellement, ne me dérange pas, mais qui pourrait gêner certains joueurs (bon, en même temps, nous sommes dans un Resident Evil).
À part cela, je trouve vraiment que ce remake à toutes les cartes en main pour devenir le remake parfait, qui sera le plus beaux cadeaux pour l’ensemble des fans de la série Resident Evil. Histoire de bien débuter 2019.

Encore une fois un grand merci d’avoir suivit cet aperçu de l’enfer, on oublie pas le petit like, le commentaire qui fait plaisir, le partage et de s’abonner ! Et on se dit à très vite pour d’autres vidéos sur le jeu vidéo !

[PGW 2018] Aperçu – The Dark Pictures : Man of Medan

Si tu suis le site depuis son ouverture en août dernier, tu as sans doute pu constater que The Dark Pictures et son premier épisode « Man of Medan » était le jeu qui m’avait le plus marqué lors de la Gamescom 2018 ! Ce jeu, développé par Supermassive Games à qui nous devons l’excellent Until Dawn.
Pour ce nouveau jeu, il semblerait que les choix et la survie soient encore au programme ! Alors, est-ce la bonne recette ?

Personnellement j’ai autant adoré l’annonce du jeu que la prise en main. Univers sombre, ambiance glauque, un sentiment d’oppression. Dès le début de la démo, on est mal. La caméra est un vrai plus dans le jeu étant donné qu’elle est dépendante. Elle se pose à des endroits et nous donne l’impression d’être spectateur du jeu. Très clairement, ce n’est pas une méthode qui va plaire à tout le monde, mais pour ma part, c’est génial. Ça change, cela apporte un point de vue différent et dans un jeu comme celui-là c’est idéal.
Au niveau du jeu, bien qu’il soit dans la droite lignée d’Until Dawn, avec un genre survival-horror, avec des choix à faire (et vite parfois) on est tout de même loins libre. Du moins, on a l’impression d’être beaucoup moins libre dans cette démo qui évolue dans un bateau, aux couloirs étroits. Attention aux QTE présent et plutôt compliqué (car ils demandent à être rapide). Au niveau de l’accessibilité cela risque d’être assez compliqué.
Quoi qu’il en soit, c’est un très très bon sentiment pour ce Man of Medan. Le jeu est prévu pour le mois de mars 2019 et j’ai vraiment hâte de m’y plonger dedans et d’en découvrir son intégralité !

Merci à toi d’avoir suivit cet aperçu, n’oublie pas le petit like et le petit partage, ainsi que le commentaire et de t’abonner si ce n’est pas déjà fait ! On se dit à très vite pour les deux derniers aperçus de la PGW, et pour le retour des autres séries la semaine prochaine !

[PGW 2018] Aperçu – Super Smash Bros. Ultimate

La semaine spéciale Paris Games Week continue les amis avec un troisième aperçu que je vous ramène tout droit de Paris ! Après Pokémon Let’s Go mardi, Days Gone hier, place à Super Smash Bros. Ultimate qui sera sans aucun doute l’un des gros jeux de cette fin d’année et sans doute le gros jeu de la Nintendo Switch pour Noël 2018.
Du coup, quelles sont les réactions à chaud ? De cette (très) courte démo de la PGW ?

Et bien, la démo fut tellement courte (pourtant, je me suis même permis de la relancer) qu’il est très difficile de se faire une idée sur le titre. Pour ma part, j’adore les genres Smash Bros. Et j’insiste sur « les genres » car il ne faut pas oublier le fameux PlayStation All Stars Battle Royale que j’avais personnellement A-D-O-R-É sur PlayStation 3.

Pour de nombreux joueurs ce sont des jeux incompréhensibles, mais pour moi, c’est un gros carnage ou on tape de tous les côtés et c’est cool, ça défoule. Pour ce nouvel opus, graphiquement c’est très joli et le jeu semble très complet au niveau des personnages et des différentes arènes. La prise en main est quasiment instantanée (pour cette démo je jouais sur une manette GameCube).

Les premiers avis sont donc plutôt très bons. Beau, accessible, fun, complet. Mais après ? Y’aura t-il une campagne ? D’autres modes de jeux ? Car être limité à du battle seul, à plusieurs en local, ou en ligne, cela risque d’être très maigre ! Rendez-vous début décembre pour en avoir le coeur net !

Merci en tout cas d’avoir suivit cet aperçu, comme d’habitude, on oublie pas le like, le partage, le petit commentaire qui fait plaisir et de s’abonner si ce n’est pas déjà fait ! 😛

[PGW 2018] Aperçu – Days Gone

On continue notre semaine spéciale avec les aperçus de la Paris Games Week avec un jeu que j’attendais énormément : Days Gone. Développé par les équipes de Bend Studio, Days Gone est la promesse d’un jeu à mi-chemin entre la série Sons of Anarchy et un certain The Last Of Us. Étant un grand fan des deux créations, c’est avec énormément d’impatience que j’avais envie de découvrir ce jeu. Malheureusement, depuis son annonce lors de l’E3 2016, le titre du Bend Studio n’a cessé d’inquiéter les joueurs au fil de son développement. Repoussé une première fois au mois d’avril 2019 il y’a quelques jours (initialement prévu pour le 22 février prochain), Days Gone s’est laissé approche lors d’une séance de 20 minutes de gameplay. Premier verdict ?

Un jeu triple « A » prometteur dès son annonce mais qui, au fil des mois, a commencé à perdre le soutien de Sony. Les équipes de développeurs réduites, les objectifs revus à la baisse, les ambitions également revues (au départ on parlait de vagues de plus de 1.000 infectés, pour en venir à 300-400 infectés pour la version finale), bref il y’a de quoi être inquiet.

Et lors de cette première prise en main, mes craintes se sont validées. Le jeu n’est pas moche graphiquement, mais il est loin d’être beau. Lors de la première démo je me trouvais près d’une station service sous un orage… Le jeu était particulièrement bien éclairé pour un orage et la pluie était assez mal modélisée.
Au niveau de la technique, on y trouve rien de bien nouveau, beaucoup de déjà vu. Cela manque de nouveauté.
On notera la présence de « craft » pour fabriquer nos armes, mais là encore c’st bien trop ressemblant à The Last Of Us.
Sony souhaite bien différencier les deux licences, mais les similitudes sont bien trop fortes pour ne pas les comparer.

Pour ce qui est de la deuxième démo, cette dernière est une démo « survie » où l’on fait face à 350 zombies. Le but ? Les exterminer juste avec l’aide du décor (car là encore, niveau technique c’est moyen, impossible de viser en sprintant). L’ambiance sonore est vraiment excellente, que ce soit dans le niveau de la campagne que dans le niveau survie. Mais à côté de ça, on reste sur notre faim. D’autant plus que le jeu souffre de quelques ralentissements par moment, et que cette démo ne tournait pas sur PS4…

Il reste six mois aux développeurs pour corriger le tir et nous offrir un bon jeu de survie qui nous donnera des frissons et nous fera patienter jusqu’à la sortie de The Last Of Us Part.II !

Merci à tous d’avoir suivit cet aperçu, on oublie pas le like, le commentaire, le partage et de s’abonner si ce n’est pas déjà fait ! Et on se dit à très vite pour de nouvelles vidéos ! 😀

[PGW 2018] Aperçu – Pokémon Let’s Go

Bonsoir les amis, après un long moment de silence (merci Rockstar, merci Red Dead et merci la Paris Games Week) ce soir c’est le grand retour des vidéos sur Liberty’s ! Au programme ? Le premier des six aperçus qui vont arriver cette semaine avec un jeu que j’attendais beaucoup : Pokémon Let’s Go.
Car oui, c’est en parti pour lui si j’ai craqué cet été pour une Nintendo Switch (bon y’a aussi Super Mario Odyssey, Mario Kart 8, Super Mario Party, The Legend of Zelda Breath of the Wild et prochainement Smash Bros). J’en attendais beaucoup de ce Pokémon Let’s Go et du coup j’ai pu m’essayer à une session de dix minutes. Voici ce que je peux en dire !

Globalement, Pokémon Let’s Go est agréable. Graphiquement il est plutôt joli, on se sent vraiment libre. L’idée de pouvoir aller vers les Pokémon sauvages ou, au contraire, les éviter est vraiment sympa (même si parfois il y’en a tellement que c’est impossible à éviter). Cependant, cette démo de la Paris Games Week ne fait pas honneur au jeu et c’est assez répétitif de se balader et tourner en rond dans la forêt de Jade. Le jeu s’adressera aux fans et aux nostalgiques qui ont commencé avec la toute première version Rouge et/ou Blue à la fin des années 1990 ! J’ai vraiment hâte de me plonger pleinement dans l’aventure dès la semaine prochaine !

Merci d’avoir lu et regardé cet aperçu, on se dit à très vite sur Liberty’s pour d’autres vidéos, pour d’autres aperçus et on oublie pas le like, le commentaire, le partage et de s’abonner !

Remerciement spécial aux abonnés Martin (pour avoir filmé l’intro) ainsi que Victorien (pour l’aide sur la prise de vue pour le gameplay).

Scroll to top