• Type:
  • Genre:
  • Duration:
  • Average Rating:

Aperçu

Aperçu – Night Call

Annoncé lors de l’E3 2018 pendant la conférence PC Gaming Show, Night Call est le nouveau petit bébé des studios français Monkey Moon situé à Lyon et BlackMuffin Studio. Un jeu narratif, en noir et blanc, dans un Paris moderne, à la traque d’un tueur en série. Sur le papier ça donne envie, mais une fois en jeu est-ce la même chose ?

Dans Night Call, vous incarnez un chauffeur de taxi à Paris. La police est dans l’impasse depuis de nombreuses semaines suite à une série de meurtre orchestré par un serial killer. Cela fait quatre mois que les victimes se font de plus en plus nombreuses, et l’enquête n’avance pas. La tension est à son comble. De votre côté, vous ne savez pas grand-chose de cette affaire, et vous ne voulez pas vous en mêler. Jusqu’au moment où vous allez être impliqué dans l’affaire.

[LIRE LA SUITE]

La suite de la preview est à lire sur Presse-Citron.net. Découvrez mon (bon) avis par écrit ! Découvrez d’autres aperçus en vidéo juste ici.
Night Call est attendu pour cette année 2019 sur PC, Mac, Linux, Nintendo Switch et sur les mobiles iOS et Android.
Merci d’avoir suivit mon avis en vidéo ! N’oubliez pas le petit like, le partage, le petit commentaire et de s’abonner si ce n’est pas déjà fait ! Salut à tous !

Aperçu – Just Cause 4

L’année 2018 touche à sa fin, et les deux grosses dernières sorties de l’année sont arrivées. Super Smash Bros Ultimate sur Switch, et Just Cause 4 sur PS4, Xbox One et PC. D’un côté, une exclue Nintendo légèrement sur-côté à mon gout, et de l’autre, Rico « Rambo » Rodriguez qui part encore une fois tout seul en guerre face à une dictature qui peut contrôler le climat (rien que ça). Que vaut donc cette quatrième aventure de notre chère Rico ? Je vous dit ça tout de suite !

Logo Just Cause 4

 

Bienvenue sur l’île de Solis, un nouvel environnement paradisiaque et juste immense, mais qui a de nouveau besoin d’un héros. Car oui, encore une fois un terrible dictateur sème la terreur et l’oppression sur le peuple, le forçant à vivre dans la peur. Bref, il n’y a qu’un seul homme qui peut rétablir les choses c’est bien entendu Rico Rodriguez. Désormais, notre bon Rico n’est pas à mi-chemin avec Rambo, mais plutôt à mi-chemin avec Terminator. En effet, votre grappin est désormais personnalisable, il est possible d’y installer des gadgets divers et variés et qui, parfois, servent vraiment à pas grand chose !
Vous en avez marre de votre bateau de plaisance qui rame ? Pas de soucis, installez y un mega propulseur grâce à votre grappin et ce dernier va s’envoler !
Vous avez également droit à un oeil bionique permettant de voir des choses que personnes ne peut voir ! Bref, je suis certain que dans Just Cause 5, Rico ne sera plus un humain !
Du coup, déjà que les trois premiers opus c’était le gros carnage, un jeu ultra-bourrain avec un Rico à peu-près humain, dans Just Cause 4 c’est encore plus le défouloir. Et on va dire que c’est le gros avantage du jeu de pouvoir littéralement tout péter. Le moindre bidon d’essence que vous allez exploser donnera une réaction ne chaîne qui fera tout exploser autour de vous. Les explosions sont bien faites ce qui donne un joli spectacle, ce qui nous donne envie de continuer et de tout faire péter. Tout le temps. Mais une fois l’effet « wouah c’est trio bien », on s’ennuie.

Screenshot Just Cause 4

Comme on s’ennuie, et bien on se lance tête baissée dans le mode histoire. Et là, c’est le drame. Car oui, si l’ensemble des scénario des Just Cause n’étaient pas ouf, et bien celui du 4 est catastrophique. Je ne vais pas mentir, si Just Cause 4 bénéficie seulement d’un « aperçu » un peu poussé et non d’une vraie « Critique » c’est parce que je n’ai pas eu la force d’aller jusqu’au bout du jeu par manque de temps et par ennuie total.
A aucun moment dans les 4-5 premières heures de jeu, ce dernier n’est crédible. Personnages mal joués, texte gênant, et mission très, très répétitive. Une fois sur deux il faut se positionner sur le toit d’un véhicule et le défendre d’un point A à un point B… Le jeu est vraiment simple, on fonce, on ne vise même pas, on tire dans le tas et ça passe. Ajoutez à cela de nombreux bugs et ça nous donne vraiment un jeu idéal pour ceux qui veulent juste tout péter encore, encore et encore. Autant vous dire que pour un joueur comme moi qui attache beaucoup d’importance au scénario, au script, à l’environnement du jeu, c’est la douche froide. Surtout un mois et demi après Red Dead Redemption II.

Screenshot Just Cause 4

Autre chose qui peut s’avérer sympa, c’est la principale nouveauté du jeu : les conditions climatiques. Les premières tornades, les premiers blizzard sont assez impressionnants et amusant, mais là encore tout comme le fait de tout péter, c’est drôle au début, mais cela devient très vite répétitif et lassant.
A côté de cela, on devra faire avec des graphismes très limites et parfois même honteuses pour un jeu PS4, One et PC. Un jeu pas crédible dans son ambiance très sombre mais avec une armée du chaos (les résistants qui aident Rico) en mode punk multicolore à la Rage 2.

CE QUE L’ON AIME DANS JUST CAUSE 4 :
– Ce jeu est un gros défouloir
– Action non stop
– Ça explose de partout et les explosions sont jolies
– Les premiers moments face aux conditions climatiques

CE QUE L’ON AIME MOINS DANS JUST CAUSE 4 :
– Mon dieu que c’est moche par moment
– Des bugs, encore des bugs !
– Le style punk vu et revu
– Le scénario nul, très nul.
– Aucune crédibilité des personnages
– Missions répétitives
– L’intelligence de l’IA inexistante

Just Cause 4 Screenshot

A force de vouloir proposer toujours la même chose, Rico se fait emporter par la tempête. Un énorme bac à sable qui a du potentiel mais qui ne creuse pas pour proposer le meilleur. Alors oui, les possibilités sont quasiment infinies entre les gadget proposés, la possibilité de tout faire péter… Mais les bugs et l’intérêt inexistant du scénario va en frustrer plus d’un, surtout au prix de lancement du jeu. Finalement, il n’y a pas tant de nouveautés par rapport au précédent opus et Avalanche Studio à tout intérêt à prendre son temps pour le cinquième opus de Just Cause car la série se perd de plus en plus au fil des épisodes…

Merci à tous d’avoir suivit cet aperçu/critique, on se retrouve dès 2019 pour de nouveaux tests avec des jeux en VR ! On oublie pas le like, le partage, le commentaire et de s’abonner si ce n’est pas déjà fait ! Merci à tous !

[PGW 2018] Aperçu – Days Gone

On continue notre semaine spéciale avec les aperçus de la Paris Games Week avec un jeu que j’attendais énormément : Days Gone. Développé par les équipes de Bend Studio, Days Gone est la promesse d’un jeu à mi-chemin entre la série Sons of Anarchy et un certain The Last Of Us. Étant un grand fan des deux créations, c’est avec énormément d’impatience que j’avais envie de découvrir ce jeu. Malheureusement, depuis son annonce lors de l’E3 2016, le titre du Bend Studio n’a cessé d’inquiéter les joueurs au fil de son développement. Repoussé une première fois au mois d’avril 2019 il y’a quelques jours (initialement prévu pour le 22 février prochain), Days Gone s’est laissé approche lors d’une séance de 20 minutes de gameplay. Premier verdict ?

Un jeu triple « A » prometteur dès son annonce mais qui, au fil des mois, a commencé à perdre le soutien de Sony. Les équipes de développeurs réduites, les objectifs revus à la baisse, les ambitions également revues (au départ on parlait de vagues de plus de 1.000 infectés, pour en venir à 300-400 infectés pour la version finale), bref il y’a de quoi être inquiet.

Et lors de cette première prise en main, mes craintes se sont validées. Le jeu n’est pas moche graphiquement, mais il est loin d’être beau. Lors de la première démo je me trouvais près d’une station service sous un orage… Le jeu était particulièrement bien éclairé pour un orage et la pluie était assez mal modélisée.
Au niveau de la technique, on y trouve rien de bien nouveau, beaucoup de déjà vu. Cela manque de nouveauté.
On notera la présence de « craft » pour fabriquer nos armes, mais là encore c’st bien trop ressemblant à The Last Of Us.
Sony souhaite bien différencier les deux licences, mais les similitudes sont bien trop fortes pour ne pas les comparer.

Pour ce qui est de la deuxième démo, cette dernière est une démo « survie » où l’on fait face à 350 zombies. Le but ? Les exterminer juste avec l’aide du décor (car là encore, niveau technique c’est moyen, impossible de viser en sprintant). L’ambiance sonore est vraiment excellente, que ce soit dans le niveau de la campagne que dans le niveau survie. Mais à côté de ça, on reste sur notre faim. D’autant plus que le jeu souffre de quelques ralentissements par moment, et que cette démo ne tournait pas sur PS4…

Il reste six mois aux développeurs pour corriger le tir et nous offrir un bon jeu de survie qui nous donnera des frissons et nous fera patienter jusqu’à la sortie de The Last Of Us Part.II !

Merci à tous d’avoir suivit cet aperçu, on oublie pas le like, le commentaire, le partage et de s’abonner si ce n’est pas déjà fait ! Et on se dit à très vite pour de nouvelles vidéos ! 😀

[PGW 2018] Aperçu – Pokémon Let’s Go

Bonsoir les amis, après un long moment de silence (merci Rockstar, merci Red Dead et merci la Paris Games Week) ce soir c’est le grand retour des vidéos sur Liberty’s ! Au programme ? Le premier des six aperçus qui vont arriver cette semaine avec un jeu que j’attendais beaucoup : Pokémon Let’s Go.
Car oui, c’est en parti pour lui si j’ai craqué cet été pour une Nintendo Switch (bon y’a aussi Super Mario Odyssey, Mario Kart 8, Super Mario Party, The Legend of Zelda Breath of the Wild et prochainement Smash Bros). J’en attendais beaucoup de ce Pokémon Let’s Go et du coup j’ai pu m’essayer à une session de dix minutes. Voici ce que je peux en dire !

Globalement, Pokémon Let’s Go est agréable. Graphiquement il est plutôt joli, on se sent vraiment libre. L’idée de pouvoir aller vers les Pokémon sauvages ou, au contraire, les éviter est vraiment sympa (même si parfois il y’en a tellement que c’est impossible à éviter). Cependant, cette démo de la Paris Games Week ne fait pas honneur au jeu et c’est assez répétitif de se balader et tourner en rond dans la forêt de Jade. Le jeu s’adressera aux fans et aux nostalgiques qui ont commencé avec la toute première version Rouge et/ou Blue à la fin des années 1990 ! J’ai vraiment hâte de me plonger pleinement dans l’aventure dès la semaine prochaine !

Merci d’avoir lu et regardé cet aperçu, on se dit à très vite sur Liberty’s pour d’autres vidéos, pour d’autres aperçus et on oublie pas le like, le commentaire, le partage et de s’abonner !

Remerciement spécial aux abonnés Martin (pour avoir filmé l’intro) ainsi que Victorien (pour l’aide sur la prise de vue pour le gameplay).

Aperçu – Marvel Spider-Man

Depuis quelques années, l’univers Marvel s’est imposé dans la plupart des plateformes de divertissement notamment au niveau du cinéma et du jeu vidéo. Difficile à croire qu’il y’a quelques années, Marvel était à la limite de la faillite les forçant à vendre leur licence Spider-Man. Mais ceci est de l’histoire ancienne, et depuis, la firme a repris des couleurs et elle a même réussi à remettre la main sur l’homme-araignée. C’est donc sous les couleurs Marvel qu’Insomniac Games (à qui nous devons Spyro, Ratchet & Clank, Resistance ou bien encore Sunset Overdrive) annonce lors de l’E3 2016 : Spider-Man.
L’idée ? Proposer aux fans un jeu qui reviendra sur les bases des jeux Spider-Man que nous avons connus du temps de la PSOne et de la PS2. Défi réussi ?

Logo Marvel Spider-Man

 

.
Bienvenue à Manhattan, la principale île de New York City où vit Peter Parker, alias Spider-Man, l’homme-araignée qui aide la police à rendre la justice face à de dangereux criminels. L’histoire vous plonge directement dans la peau du superhéros puisque l’on apprend que Peter Parker mène une double vie depuis maintenant 8 ans ! Nous ne sommes donc pas dans un remake, ou un reboot, mais bien dans un nouvel épisode original.
Très vite, nous sommes lâchés dans cet immense air de jeu. Nous n’avons peut-être pas le droit à toute la ville de New York, mais les équipes d’Insomniac Games ont fait un travail impressionnant pour modéliser chaque recoin de Manhattan. Et l’on prend très vite du plaisir à se balancer entre les buildings de la ville, visiter la ville du haut des toits et contempler certains paysages grandioses (qui sont encore plus beaux grâce au mode photo très poussé).

Marvel Spider-Man PS4

Le jeu adopte un système de gameplay très dynamique. Le déplacement est fluide, même sur PS4 standard. Les mouvements sont naturels, et même lorsque nous faisons quelques loupés, Spidey parvient à se reprendre plutôt agilement, pour continuer sa course. Ça va vite, les mouvements s’enchaînent, et le jeu reste stable. Certains effets de lumières sont vraiment sympas. On regrettera le fait qu’il n’y ait pas de cycle jour/nuit dynamique. Ainsi, le jeu propose plusieurs moments de la journée comme le matin et l’après-midi, la fin de journée avec de beaux effets grâce au couché de soleil, et la nuit. Dommage que le système d’heures ne soit pas comme dans la plupart des mondes ouverts.
Marvel Spider-Man propose cependant une multitude d’activités, de quêtes annexes, et de collectibles à rechercher dans toute la ville. Cela vous permettra de bien prendre en main le gameplay, de découvrir la ville, découvrir certains lieux cachés, mais aussi, et surtout de pouvoir améliorer vos équipements et vos gadgets. Sans oublier la création de vos nouvelles tenues.
C’est d’ailleurs un point fort du jeu. Vous avez une multitude de gadget, de tenues, et d’équipements qu’il est possible de trouver, fabriquer et améliorer. Clairement, les fans de l’homme-araignée vont être comblés devant certaines tenues !

Drôles de tenues pour Spidey - Spider-Man PS4

Comme j’ai pu l’indiquer, avec le retard pris cet été, la masse de travail qui arrive en septembre (avec Red Dead Redemption II et les prochains jeux) et par le fait que je ne sois pas fan de l’univers Marvel, je n’ai pas craqué pour Spider-Man. J’ai eu l’occasion de faire une longue session de jeu de plus de 6h pour pouvoir faire cet aperçu. Je ne pourrai donc pas juger la véritable durée de vie de cet opus ni la qualité de son scénario. Cependant, lorsque l’on voit les retours de la presse mondiale, je pense que l’on peut clairement dire que le jeu fait vraiment le job.

Pour ce qui est des quêtes secondaires, elles ont l’air nombreuses et plutôt variées. Elles seront un atout pour prendre le jeu bien en main avant de se lancer dans les missions principales qui vous demanderont pas mal d’agilité et de réflexes pour en venir à bout des principaux méchants emblématiques de la licence Spider-Man.
N’oubliez pas de faire un petit tour sur votre téléphone (in-game) pour suivre vos réseaux sociaux, voir le nombre de followers et lire leurs commentaires sur vos actions ou vos nouvelles tenues ! Cet aspect du jeu est assez drôle et certains commentaires méritent d’être lus !

Pour terminer, il faut bien admettre qu’il y’a une chose qui me perturbe avec Marvel Spider-Man… C’est la ressemblance qu’il peut avoir avec inFamous Second Son.
Développé par Sucker Punch (à qui nous devons Sly Cooper et prochainement Ghosts of Tsushima), inFamous Second Son est arrivé en 2014 en exclusivité sur PS4 avec comme personnage principal Deslin Rowe. Un jeu plutôt dévergondé, avec un style bien classe, qui ne se prend pas trop au sérieux, avec pas mal de petites vannes et punchlines.
De l’autre côté, nous avons donc Spider-Man, avec un Peter Parker qui reprend les traits du Peter Parker que nous avons vu dans le dernier film de Spider-Man avec, là aussi, un jeune qui ne se prend pas trop au sérieux, plutôt blagueur. Prenez donc ces deux héros. Donnez-leur des pouvoirs spéciaux, leur permettant de voler à travers les bâtiments, leur permettant de se déplacer de manière assez insolite, de combattre le crime. Et demandez à Donald Reignoux de doubler la voix des deux personnages. Et bien, cela nous donne deux jeux très similaires. Personnellement, c’est ce qui m’a le plus perturbé avec ma démo de Spider-Man. J’avais l’impression de jouer à inFamous Second Son avec un skin de New York et un costume de l’homme-araignée. Des répliques semblables, des mouvements et un style de combat très similaire, des missions annexes qui se ressemblent. Un système de gameplay et de communication par radio identique. Clairement, les deux jeux sont très très proches. Maintenant, ce n’est pas forcément un reproche, étant donné que inFamous Second Son était un très très bon jeu. Il faut juste souligner ce point qui est pour moi assez important et perturbant.
Autre petit point faible, on notera que le doublage en français est plutôt bien soigné, mais on ne comprend pas pourquoi l’ensemble des PNJ de la ville eux ne le sont pas. Ainsi, les personnages principaux du jeu parlent en français, mais tout le reste de la ville en anglais. 

Aperçu Marvel Spider-Man PS4 Verdict

Au final, Spider-Man c’est un grand « oui », MAIS… Pas pour tout le monde. Les fans de la première heure qui attendant avec impatience chaque comics, tous les films et tous les jeux vont être comblés de bonheur. Ceux qui ne sont pas aussi fans, mais qui ont pris beaucoup de plaisir sur les anciens jeux Spider-Man le seront aussi.
Pour les autres, ceux qui aiment les jeux d’action, open-world, ou qui ne sont pas particulièrement fans de l’univers Marvel, le jeu pourrait être un simple passe-temps qui ne parviendra pas à les tenir en haleine jusqu’au bout. Spider-Man vise clairement une cible de joueurs, pour ceux qui hésitent, il serait peut-être préférable d’attendre une baisse de prix dans les prochains mois ! 

On se dit à très vite sur Liberty’s Games avec de nouveaux articles, de nouvelles vidéos et de nouvelles émissions ! Soyez prêt !

Scroll to top