• Type:
  • Genre:
  • Duration:
  • Average Rating:

VR

Critique VR – Trainer VR / Beat Blaster (3dRudder)

Après quelques jours en compagnie du 3dRudder, je peux commencer à vous parler de quelques expériences ! Des tests un peu différents ou je ne jugerai pas forcément que la qualité du jeu, mais également l’intérêt du 3dRudder ! Pour commencer, voici deux petits jeux sympa : Trainer VR et Beat Blaser.

TRAINER VR

Trainer VR est un petit jeu qui vous plongera dans votre enfance ! Car oui, le but du jeu est de créer vos propres map et de jouer aux petits trains ! C’est marrant, c’est drôle, mais il n’y a pas vraiment d’intérêt et l’on va vite se lasser. D’autant plus que c’est assez cher (15€ le jeu tout de même).
L’intérêt du 3dRudder est de pouvoir exploiter pleinement l’accessoire ! Avancer, reculer, se diriger sur les côtés, monter ou descendre en hauteur, pivoter sur nous même ! Cela peut-être un bon entrainement, mais pour ce jeu, le 3dRudder est surtout un gadget ! Il est loin d’être indispensable.

Trainer VR - Screenshot PSVR 3dRudder

BEAT BLASTER

Pour ce qui est de Beat Blaster, il s’agit d’un runner. Vous allez devoir aller d’un point A, à un point B, dans une limite de temps, sans toucher d’obstacles et sans vous faire toucher par des ennemis ! Et là, pour ce jeu, le 3dRudder est vraiment intéressant ! Cela permet de tirer sur nos ennemis en même temps que l’on se déplace, de gérer nos déplacements et notre vitesse, de réaliser de belles esquives ! Clairement, Beat Blaster est l’exemple même du jeu qui s’associe parfaitement au 3dRudder.
Le jeu en lui même est bien sympa, assez addictif où l’on enchaîne les niveaux en essayant de ne pas perdre pour ne pas tout recommencer à zéro !

Beat Blaster - Screenshot PSVR 3dRudder

C’est donc un retour plutôt positif sur l’utilisation de ses deux jeux pour le 3dRudder, bien que Beat Blaster soit réellement le jeu pour cet accessoire. Il reste vraiment secondaire pour Trainer VR (qui est un jeu sympa quelques minutes).

Merci à tous d’avoir suivit cette critique, on se dit à très vite sur Liberty’s Games, n’hésitez pas à mettre un petit like, de partager la vidéo et de vous abonner si ce n’est pas déjà fait !

Dossier – Les jeux de plateformes morts… Mais loin d’être enterrés ?

C’est en 1981 avec Space Panic que le jeu de plateforme est arrivé dans nos vies de gamers. Tout au long des années 1980, les jeux de plateformes vont se faire de plus en plus nombreux. Des mascottes comme Pac-Man vont s’y mettre, des icônes vont naître comme Donkey Kong, et un plombier répondant au nom de Mario va même sauver l’industrie du jeu vidéo avec son jeu de plateforme.

Au cours des années 1990, les jeux de plateforme vont passer la vitesse supérieure ! L’arrivée de nouvelles mascottes avec Crash Bandicoot, Spyro ou encore Banjo & Kazooie. Le retour des grosses têtes d’affiche avec Mario et Donkey Kong. SEGA lancera aussi les Sonic Adventures avec des décors qui avancent à toute allure !
Mais l’apogée des jeux de plateforme ce sera avec la sixième génération de console et surtout la PlayStation 2 ! Ratchet & Clank, Jak & Daxter ou encore Sly Cooper vont tous naître en même temps et contribuer aux très beaux jours de la console ! De son côté, Mario Sunshine sur Nintendo GameCube mettra aussi tout le monde d’accord. 

Avec la PS3, la Wii et la Xbox 360, les jeux de plateformes vont connaitre leur premier temps d’arrêt. Sony ne proposera qu’une seule nouvelle licence avec LittleBigPlanet. Qu’un seul opus de Sly Cooper. Aucun pour Jak & Daxter. Même les grandes mascottes comme Crash Bandicoot et Spyro seront à l’arrêt. Ratchet & Clank seront les seuls à survivre. Du côté Microsoft, sur Xbox 360 les jeux se feront bien trop rares. Côté Nintendo, on va simplement faire des suites aux jeux traditionnels comme Mario ou Donkey Kong. 

Sur PS4, Xbox One et Nintendo Wii U, le constat est le même. Une seule licence pour Sony avec Knack qui ne sera pas un succès. Une seule suite pour LittleBigPlanet avec un troisième opus. Un seul Ratchet & Clank. Côté Xbox, les jeux seront toujours plus rares avec Ori and the Blind Forest qui aura tout de même marqué la génération. Et pour Nintendo, toujours le même schéma depuis la Wii. 

Cependant, à partir de 2017 et l’arrivée de la Crash Bandicoot N-Sane Trilogy, les choses commencent à changer. La hype autour d’une annonce de Spyro Reignited Trilogy, l’attente pour le remake de MediEvil… L’énorme succès de Moss et Astro Bot en réalité virtuelle… Il se pourrait que les joueurs commencent à être nostalgiques de ce genre de jeux et surtout qu’ils soient séduits par l’alliance du jeu de plateforme et de la réalité virtuelle. Et si les jeux de plateformes revenaient en force sur la prochaine génération grâce à la VR…? 

Dossier – Mes 10 meilleurs jeux VR sur PS4 (PlayStation VR)

Coucou Suite à la demande d’un abonné sur Snapchat, je livre aujourd’hui mon top 10 des meilleurs jeux sur PlayStation VR ! Un top totalement subjectif, avec mes meilleurs moments mais aussi des jeux incontournables pour bien débuter dans cette expérience ! Des jeux plus ou moins vieux, mais qui m’ont fait vivre des moments incroyables !

10 – DRIVECLUB VR – 2016

Top 10 Jeux VR - 10 DriveClub VR

 

09 – PLAYSTATION WORLDS – 2016

Top 10 Jeux VR - 09 PlayStation VR Worlds

 

08 – PIXEL RIPPED 1989 – 2018 (CRITIQUE ICI)

Top 10 Jeux VR - 08 Pixel Ripped 1989

 

07 – FARPOINT – 2017

Top 10 Jeux VR - 07 FarPoint

 

06 – UNTIL DAWN RUSH OF BLOOD – 2016

Top 10 Jeux VR - 06 Until Dawn Rush of Blood

 

05 – BEAT SABER – 2018 (CRITIQUE ICI)

Top 10 Jeux VR - 05 Beat Saber

 

04 – RESIDENT EVIL VII – 2017

Top 10 Jeux VR - 04 Résident Evil VII

 

03 – ROBINSON THE JOURNEY – 2016

Top 10 Jeux VR - 03 Robinson The Journey

 

02 – MOSS – 2018 (CRITIQUE ICI)

Top 10 Jeux VR - 02 Moss

 

01 – ASTRO BOT RESCUE MISSION – 2018 (CRITIQUE ICI)

Screenshot Astro Bot Rescue Mission 004

 

Pour avoir tous les détails sur mes choix, rendez-vous dans la vidéo ! Pour donner ton avis, tes meilleurs jeux, rendez-vous dans l’espace commentaire de la vidéo ! On n’oublie pas le like, le partage et de s’abonner si ce n’est pas déjà fait pour ne rien rater des prochaines vidéos !

Critique VR – Moss

Cela fait de nombreuses semaines que je vous parle de Moss, et il était grand temps qu’il passe entre mes mains pour en parler sur la chaîne à travers une critique VR ! C’est désormais chose faite, et cela me permettra également de vous proposer deux dossiers au mois de mars sur les jeux en VR et sur les jeux de plateformes ! Mais en attendant, faisons le point sur les aventures de Quill !

Logo Moss

 

Dans Moss nous faisons la connaissance de Quill, une petite souris qui aime explorer la forêt et qui va tomber sur une étrange relique ! C’est lors de l’obtention de cette relique que nous, les joueurs, nous faisons notre apparition dans le rôle du « lecteur » un étrange être qui va accompagner Quill tout au long de son aventure. Un genre d’ange gardien qui épaule la petite souris !
Une fois l’étrange relique en sa possession, Quill retourne à son village l’a montrer à son oncle !
Ce dernier lui indique que tout cela n’est pas de bon augure et il demande à Quill de rester à sa place et d’attendre son retour. De son côté, l’oncle doit partir récupérer d’autres reliques pour éviter de lourds ennuis ! Mais c’est à ce moment-là que l’étoilée arrive. Une petite luciole rose qui indique à Quill que son oncle est en danger et que la petite souris doit à tout prix partir à sa recherche !

Moss Wallpaper

Commence alors une belle aventure entre Quill, l’étoilée et le fameux lecteur que nous contrôlons et qui ressemble étrangement à un personnage de l’univers de Hayao Miyazaki (Le Voyage de Chihiro, Le Château dans le Ciel ou bien encore Princesse Mononoké). Tout comme Astro Bot, l’un des principaux atouts de Moss c’est son gameplay. La vue, les déplacements, le fait qu’il s’agisse d’un jeu de plateforme et non d’un FPS nous font prendre de la hauteur sur l’action et nous permet d’avoir une large vue du jeu. De plus, il y’a un avantage en plus dans Moss, c’est que nous sommes réduits à la taille de Quill lorsque nous l’a suivons dans son périple. Ainsi, nous traversons avec elle les lieux qu’elle visite et nous sommes ainsi au coeur du jeu. Niveau immersion c’est un gros plus ! Certains passages comme le village des souris, l’arrivée dans la citée du château ou même dans le château en lui-même son assez cool !
Tout au long de l’aventure, Quill fera face à des énigmes et casse-têtes qu’il faudra résoudre avec elle. Notre rôle de lecteur sera important, car il lui permettra de résoudre des énigmes, l’aidera à déplacer des objets et même à vaincre des ennemis !

Moss - Wallpaper

Côté points négatifs, Moss s’en sort plutôt bien. Le gros point noir du jeu sera sans doute sa durée de vie bien trop courte. Comptez environ 3h pour en venir à bout de l’aventure sans forcer. Lors d’un deuxième run, en connaissant les énigmes, le jeu sera largement fait en 2h ! Le système d’ennemis est assez lourd parfois avec des moments où les ennemis spawn à l’infini. Et cela peut très vite devenir gênant lors de la résolution de certaines énigmes.

CE QUE L’ON AIME DANS MOSS : 
– Visuellement c’est plutôt très joli !
– On s’attache vite à Quill
– Il y’a des séquences, des paysages et des moments vraiment cool !

CE QUE L’ON AIME MOINS DANS MOSS :
– C’est assez court (3/4h de jeu)
– Quelques petits bugs lorsque l’on doit baisser la manette qui n’est plus détectée

Moss Wallpaper

Moss est donc un véritable petit bijou du PSVR qui se classe parmi les incontournables du casque PlayStation ! Une belle aventure, avec pas mal d’interactions, mais peut-être un peu trop courte ! N’hésite pas à me faire ton retour dans l’espace commentaire de la vidéo pour me dire si ce genre de jeux t’attirent, si tu as testé et aimé Moss. N’oublie pas non plus le petit like, le partage et de t’abonner si ce n’est pas déjà fait pour ne pas rater les prochaines vidéos de la chaîne !

Critique VR – Pixel Ripped 1989

Qui n’a jamais joué avec son téléphone ou sa game boy en cours ? Qui ? Personne ! Nous sommes tous passés par ce moment ou il fallait que l’on fasse une partie lors d’un cours que l’on ne jugeait pas utile ! Eh bien la petite Nicola, 9 ans est d’accord avec nous ! Cette jeune fille geek préfère passer son temps sur sa Gear Kids plutôt que d’écouter sa vieille maîtresse qui fait très peur ! Car elle, ou plutôt Dot, le héros de son jeu vidéo à du pain sur la planche ! La pierre pixel a été volée par le Gobelin maléfique Cyblin Lord et cet artefact pourrait changer le monde ! 

Logo Pixel Ripped 1989

Vous vous retrouvez donc dans une classe avec des élèves plutôt turbulents et vous devez jouer à votre Gear Kid sans vous faire attraper par la maîtresse ! Vous enchaînez donc les niveaux en donnant des coups de tête pour vérifier que la prof’ a le dos tourné. Vous disposez heureusement de plusieurs techniques pour détourner son attention comme un lanceur de boulettes de papier ! Vous pouvez les lancer sur vos camarades pour déclencher une bataille de boulettes, ou sinon viser des objets stratégiques qui sont en surveillances pour déclencher de plus grosses actions qui occuperont la professeur bien plus longtemps ! 

Pixel Ripped 1989 screen PSVR

Le jeu propose une bonne durée de vie pour un jeu VR. Il représente un véritable hommage, une déclaration d’amour au retrogaming des années 90 ! Autant dans son univers (très coloré, couleurs pastels, néons…) que dans les musiques et les sons qui sont également très rétro au rythme des sons 8bits ! Un régal ! De ce côté-là, un vrai souci du détail fut apporté au jeu. On aime également les différents décors proposés et les variations de la console, des armes disponibles et des différentes interactions avec les décors !
C’est dommage que la plupart des interactions se répètent vite, mais c’est assez drôle et l’on assiste par moment à des événements complètement dingues et inattendus comme Ronaldo qui fait irruption dans la classe via un tacle glissé ! Le jeu est bourré d’humour et c’est vraiment très intéressant et très addictif !

Pixel Ripped 1989 Screen VR

Lors des combats de boss, le virtuel prend le dessus sur la réalité et on assiste à un véritable jeu de plateforme rétro ! C’est un vrai régal ! Ce concept d’ailleurs du jeu vidéo, dans le jeu VR est vraiment bien pensé. On regrettera cependant que la modélisation du monde réel soit moins bien crédible et travaillée sur le monde virtuel ! Entre les autres élèves et les objets qui semblent beaucoup plus grands que nous et les détails qui font inexistants, cela créer un gouffre entre le monde réel et le monde virtuel du jeu. C’est dommage ! Mais ce n’est qu’un détail, parmi toutes les belles choses que propose Pixel Ripped 1989 !

CE QUE L’ON AIME DANS PIXEL RIPPED 1989 :
– Le bel hommage aux jeux vidéo des années 90
– Une bonne dose d’humour
– Très addictif
– Le jeu dans le jeu, c’est une idée bien sympa !

CE QUE L’ON AIME MOINS DANS PIXEL RIPPED 1989 :
– Le monde réel un peu moins crédible que le monde virtuel
– Les animations répétitives pour distraire la prof !

Test Pixel Ripped 1989 PSVR

Au final, c’est une jolie petite réussite ce Pixel Ripped 1989 ! Si vous aimez la réalité virtuelle, si vous aimez les jeux des années 80/90, si vous aimez le 8bits, si vous êtes un grand nostalgique, alors Pixel Ripped 1989 sera fait pour vous ! De mon côté, c’est un petit coup de coeur que je classe avec Astro Bot ou encore Beat Saber !
Merci à tous d’avoir suivi cette critique, on oublie pas le like habituel, le partage, le commentaire et de s’abonner si ce n’est pas déjà fait ! 

Critique – Super Hot VR

Super Hot VR, développé par la Team Super Hot, fait parti de ses jeux qui sortent dans une version « normale » et qui reçoit un petit coup de polish pour revenir dans une version améliorée en réalité virtuelle. Et Super Hot VR fait surtout parti de ses jeux qui sont totalement différents dans leur expérience lorsque vous y jouez en VR ou non ! Est-ce une expérience différente, mais bien meilleure ? 

Le système du jeu est très simple. Vous êtes en vue subjective, dans des environnements très minimaliste, mais très classe aussi. Vous vous faites attaquer par des ennemis en rouge et vous avez des armes en bleu foncé pour vous défendre. Les armes sont diverses et variées allant de l’arme à feu (pistolet, uzi, fusil à pompes…) à l’arme blanche (shuriken, poignard, sabre…) et même les objets comme des bouteilles, des téléphones, des ustensiles, etc…
Mais vous êtes aussi et surtout les maîtres du temps ! C’est-à-dire que vous pouvez décider de faire avancer ou non le temps et donc de faire venir à vous vos ennemis ou de les laisser-sur-place. Comment ? Et bien en fonction de vos mouvements.
Si vous restez immobile, le temps se fige. Si vous bougez, le temps avance ! Mais lorsque vous vous figez, tout se fige même les balles de vos armes ! Il faut donc agir avec précaution et surtout anticiper les balles adverses pour les éviter !

Super Hot VR Screen 01

Certaines situations sont vraiment très très badass et vous donnent un sentiment de plaisir ultime lorsque vous enchaînez les kills de manière très classe avec des mouvements que l’on voit que dans les films d’Hollywood ! D’autant plus que certaines mises en scène sont là justement pour vous donner cette opportunité. Dans d’autres situations, on se prend au jeu et on évite les balles à la « Matrix » et c’est tout aussi bon ! On est tout de suite plongé dans le jeu, plongé dans l’action, la réalité virtuelle joue son rôle à fond ! Les premiers moments sont donc extrêmement plaisants… Jusqu’aux premiers bugs. 

Super Hot VR Screen

Eh oui, car très vite, on fait face à des bugs qui viennent littéralement gâcher le plaisir du jeu. Premier cas que j’ai eu dans quatre pièces différentes, avec des éclairages différents à chaque fois : La synchronisation des PS Move. Au début, tout va bien et d’un coup, les Move (en général un sur deux) n’en font qu’à leur tête. J’utilise toujours la même pièce, le même éclairage, la même configuration et le même matériel pour jouer à l’ensemble de mes jeux VR et je n’ai jamais rencontré ce genre de soucis. Cela vient bel et bien du jeu qui souffre d’un problème de synchronisation. Et clairement ? C’est injouable. Dans le meilleur des cas, une synchronisation via le bouton « OPTION » relancera les hostilités (temporairement). Dans le pire des cas, relancer le jeu sera la seule solution. 

Autre point négatif et pourtant primordial : La visée. Autant la visée avec les armes à feu n’est pas parfaite, mais bon, on peut en être satisfait (même si par moment c’est limite), mais alors le lancé d’objet et d’armes blanches… Ce n’est absolument pas précis ! Et très aléatoire. Là encore, c’est dommage et assez problématique puisque c’est un élément central du gameplay. 

Super Hot VR Screen

Au final, c’est une énorme frustration, car on recommence de nombreux niveaux à cause d’un bug des PS Move. De plus, autre défaut du jeu, c’est l’absence de checkpoint. Vous devez enchaîner 3-4-5 niveaux pour avoir un point de sauvegarde. Et si vous perdez au dernier niveau ? On recommence à zéro. Je peux vous affirmer que c’est énormément frustrant et que beaucoup de joueurs risquent de passer à côté du jeu à cause de ça. 

CE QUE L’ON AIME SUR SUPER HOT VR :
– On est vraiment à fond dans l’unviers
– Univers minimaliste mais classe
– On se prend vite au jeu
– Certaines scènes épique !

CE QUE L’ON AIME MOINS SUR SUPER HOT VR
– Les bugs de synchronisations des PS Move
– La visée des armes moyenne, celles des objets mauvaise
– Les checkpoints pas assez nombreux

C’est donc un avis plutôt mitigé sur Super Hot VR qui semble si prometteur, mais si frustrant au final. Le jeu étant disponible depuis déjà plus d’un an, on doute qu’un correctif arrive pour corriger les derniers défauts.
Merci d’avoir suivi cette critique ! On n’oublie pas le like, le partage et le commentaire ! On s’abonne sur YouTube si ce n’est pas déjà fait pour voir toutes les vidéos et les projets de 2019 ! Merci à tous ! 

Critique VR – Wipeout Omega Collection VR

L’année 2018 arrive bientôt à son terme et il est l’heure de finaliser les dernières vidéos avant de repartir encore plus fort en 2019 ! Et pour cela, je te propose une dernière critique en VR (deux autres critiques normales sont encore au programme). Cette dernière critique VR sera dédiée à Wipeout Omega Collection ! Le jeu est arrivé en 2017 en exclusivité sur PS4 avec une petite mise à jour gratuite en VR qui est arrivée début 2018. Que vaut donc les courses de vaisseaux en réalité virtuelle ?

Logo Wipeout Omega Collection VR

Wipeout c’est un des grands classiques de la première PlayStation ! Un jeu également sorti sur d’autres supports comme la Saturn, la Nintendo 64 ou encore sur PC. Bien que ce soit sur les consoles PlayStation que la licence fut la plus marquante. L’annonce d’un remake ultra HD en 4K n’a donc pas surpris grand monde. Cependant, la déclinaison en VR via un patch gratuit fut une belle surprise. Le jeu propose donc Wipeout HD (sorti en 2008 sur PS3), Wipeout Fury (un DLC de Wipeout HD sorti en 2009) et Wipeout 20148 (un opus PS VITA de 2012). Le tout avec un style graphique amélioré et une résolution 4K. Premier constat, le jeu est beau, mais il n’est pas impressionnant, et au fil des heures on se rend même vite compte qu’il peut être décevant graphiquement sur certains aspects. Les explosions et les effets des armes sont très limites. Il y’a beaucoup de textures qui ne sont pas nettes surtout en VR, certains effets de lumières sont assez moyens. C’est dommage pour un remake HD quand on voit les belles choses qui ont pu être faites sur Crash Bandicoot ou Spyro.

Wipeout Omega Collection VR

Avec deux jeux et demi réunis en un seul, la durée de vie est assez conséquente ! Vous disposez des trois modes campagnes, d’une racebox qui est l’équivalent d’un mode arcade avec la possibilité de faire des courses à plusieurs sur un même écran, de faire des courses simples, des championnats etc… Et un mode en ligne. De quoi vous occuper de nombreuses heures en VR ou non ! Techniquement le jeu est très compliqué à maîtriser sans la VR. Et même en facile, il va falloir quelques longues courses pour le prendre en main. Le plaisir du jeu est loin d’arriver dans les premières minutes où l’on passe notre temps à longer les murs et être ralenti voir même voir notre vaisseau s’auto-détruire.
Le gameplay est tellement bien plus plaisant en VR. Le jeu devient beaucoup plus maniable et on prend enfin un peu de plaisir. Il existe plusieurs petits tips pour piloter votre vaisseau. Un double coup sur les gâchettes feront faire un écart à votre vaisseau, tandis qu’une pression que la gâchette du côté du virage que l’on négocie vous aidera à mieux l’appréhender. Vous disposez également de pas mal d’items pour réparer votre vaisseau ou détruire vos adversaires.
Pour ce qui est de la vue cockpit…

Wipeout Omega Collection VR

Cette dernière laisse assez perplexe. Certains cockpit disposent du strict minimum. D’autres sont un peu plus détaillés mais ce n’est pas non plus la folie (comparé à un EVE Valkyrie…). Il y’a également certains détails qui, personnellement me déranges assez. Par exemple le fait que notre avatar soit un bloc de pierre qui ne bouge pas d’un poil. Même lorsque l’on fait un looping, une vrille, que notre vaisseau est secoué dans tous les sens, il reste de marbre. C’est dommage, surtout dans les virages ou les bras ne bougent même pas. Nos mains sont fixées sur le manche de navigation qui reste statique. Plutôt moyen.
Enfin, l’une des déceptions est qu’il n’y a pas de sensations. Et oui, c’est plutôt difficile à croire, mais la plus grosse sensation que vous aurez ça va être lors des départs, et pendant les cinq premières minutes du jeu. À côté de ça, on a très vite une sensation de lassitude, d’habitude, et très vite on a plus du tout de « whouah effect ». Le souci c’est que les vaisseaux sont propulsés à 400km/h et la vitesse reste stable. On peut faire des circuits sans relâcher l’accélérateur et même si dans certains virages ont perd 100km/h cela ne se voit même pas à l’écran. Du coup on a aucun effet et c’est vraiment dommage !

Wipeout Omega Collection

Globalement, Wipeout Omega Collection nous laisse un sentiment mitigé. Ce n’est pas un mauvais jeu loin de là, mais c’est loin d’être un jeu incroyable qui vous marquera. Les passionnés de vaisseaux, les nostalgiques de la licences y trouveront leur compte que ce soit en VR ou non. Pour les autres, le jeu risque de beaucoup les amuser les premières minutes et les lasser au bout de quelques heures de jeu.

CE QUE L’ON AIME DANS WIPEOUT OMEGA COLLECTION :
_ La durée de vie très correcte
_ Du multijoueur en écran scindé
_ Un mode en ligne même en VR
_ De nombreuses pistes et vaisseaux
_ Présence d’une vue cockpit

CE QUE L’ON AIME MOINS DANS WIPEOUT OMEGA COLLECTION :
_ La sensation de vitesse n’est pas impressionnante en VR
_ Graphiquement on aurait pu faire mieux
_ Certains cockpits disposent du minimum syndical en terme de texture
_ Notre avatar statique qui ne bouge même pas les bras pour tourner
_ Les effets vraiment pas top (explosions, missiles etc…)

Wipeout Omega Collection

N’hésites pas à me faire ton petit retour dans les commentaires de la vidéo pour savoir si tu as aimé ou non cet opus de Wipeout en VR ! On oublie pas également le petit like, le commentaire et de s’abonner si ce n’est pas déjà fait ! Encore merci et à très vite pour de nouvelles vidéos !

Critique VR – Astro Bot Rescue Mission

Étant donné que la critique live/let’s play de Beat Saber en VR fut un petit succès, voici une nouvelle vidéo en VR avec le très récent Astro Bot Rescue Mission ! Si tu es un joueur PlayStation, et surtout un joueur VR sur PS4, tu connais sans doute les mignons petits robots qui étaient présents dans une petite expérience en réalité virtuelle gratuite au lancement du PSVR en octobre 2016. Cette fois, les petits robots reviennent dans un vrai jeu ! Est-ce une réussite ? Réponse tout de suite !

Logo Astro Bot Rescue Mission

Astro Bot Rescue Mission est donc un petit jeu en réalité virtuelle qui bouleverse les codes étant donné que cette fois, le jeu n’est pas en vue subjective ! Le vaisseau de nos petits amis est attaqué par un OVNI et un extra-terrestre qui va dispersé tous les petits compagnons aux quatre coins de la galaxie ! Fort heureusement, un téméraire petit robot résiste et va partir à la recherche de ses amis à travers 5 planètes regroupant 5 niveaux et un boss ! L’idée sera de récupérer également les pièces de votre vaisseau pour le réparer. Nous ne sommes donc pas en vue subjective, nous sommes à la place d’un gros robot, un genre d’ange gardien qui suit et veille sur notre petit héros. Nous avons donc une vue d’ensemble de la scène et du niveau ce qui est plutôt pas mal !

Screenshot Astro Bot Rescue Mission 001

Astro Bot est donc un sympathique jeu de plateforme qui devrait satisfaire l’ensemble des joueurs puisqu’il ne propose pas un gameplay violent. Ainsi, même les personnes les plus sensibles ne devraient pas ressentir ce désagréable effet de « Motion Sickness » leur donnant envie de vomir (malheureusement, je ne peux pas vraiment juger cet aspect puisque j’ai la chance de ne jamais craindre les jeux en VR même les plus violents comme un certain RIGS).
Le gameplay est plutôt simple mais efficace, comme la plupart des jeux de plateforme il faut se rendre d’un point A à un point B en ramassant des objets pour gagner des points (ici des pièces nous permettant d’acheter des items) et retrouver des collectibles. Dans le cas d’Astro Bot il s’agira de retrouver des petits robots dans les niveaux et un caméléon caché sur chaque niveau pour débloquer des défis. Les défis sont en général des contre-la-montre qui permettent de débloquer deux autres petits robots !
Le gros point positif d’Astro Bot c’est que le jeu exploite au maximum les fonctionnalités de la DualShock 4 ainsi que du casque VR. Le pavé tactile, la detection de mouvement de la manette sont utiles. Les mouvements mais aussi le micro du casque VR sont eux aussi utiles dans le jeu et ça… C’est pas du luxe !

Screenshot Astro Bot Rescue Mission 002

Graphiquement, Astro Bot Rescue Mission est plutôt joli, mignon, avec certains effets bien sympas. Alors oui, ce n’est pas un jeu qui à pour ambition d’être ultra-réaliste, mais il propose des décors d’un vrai petit jeu de plateforme très colorés, jolis, et agréables. On retrouve par moment quelques traces d’aliasing, mais cela reste plutôt rare et très correct pour un jeu VR.
Le gameplay est presque parfait également ! Rare sont les bugs, le jeu répond bien, il n’y a pas de latence c’est un vrai plaisir de parcourir les mondes aux côtés de notre petit compagnon. Le jeu est assez complet avec 5 mondes, proposant 20 niveaux et 5 boss. Si l’on rajoute à cela les défis, on part pour de nombreuses heures de jeux pour décrocher le fameux 100%.
Les niveaux sont même plutôt variés, avec des niveaux dans la jungle, dans le desert, à la plage, sous l’eau même… Vraiment, il n’y a pas grands choses à lui reprocher !

Screenshot Astro Bot Rescue Mission 003

Au final, c’est un joli oui pour Astro Bot Rescue Mission qui s’impose bel et bien comme un incontournable de la réalité virtuelle sur PlayStation VR. On regrettera qu’il ne soit pas possible de jouer à plusieurs. Pour rappel, pour l’experience VR gratuite au lancement du PSVR en octobre 2016, il était possible de jouer jusqu’à 5 au jeu ! Un joueur sur PSVR, et quatre autres joueurs à la manette dans des petits minis-jeux bien marrants ! On aurait aimé pouvoir parcourir les différents niveaux au moins à deux joueurs ! Quoi qu’il en soit, le jeu est une vraie réussite à budget plutôt moyen (40€).

CE QUE L’ON AIME DANS ASTRO BOT RESCUE MISSION :

_ C’est mignon, c’est joli !
_ Une durée de vie plutôt bonne pour un jeu VR
_ Un gameplay simple et efficace, sans bugs !
_ Toutes les fonctions de la manette et du casque VR exploitées !
_ Un jeu de plateforme riche et varié

CE QUE L’ON AIME MOINS DANS ASTRO BOT RESCUE MISSION : 

_ Quelques petites traces d’aliasing par moment
_ On aurait aimé la possibilité de jouer au moins à deux !

Screenshot Astro Bot Rescue Mission 004

Merci beaucoup d’avoir suivit cette nouvelle critique en VR, n’hésites pas à donner ton avis dans les commentaires pour me dire si tu as joué à Astro Bot, et si tu as aimé ! On oublie pas le like, le partage et de s’abonner si ce n’est pas déjà fait et on se donne rendez-vous très vite pour plein de nouvelles choses sur le site et sur la chaîne !

Critique VR – Beat Saber

C’est en mai dernier que les équipes de Beat Games sortaient Beat Saber sur PC. Le concept ? Créer un jeu de rythme, largement inspiré de Guitare Hero, mais cette fois avec des sabres laser ! Un sabre rouge dans la main gauche, un sabre bleu dans la main droite, des musiques bien rythmées et entraînantes et c’est parti pour des heures de jeux où l’on se prend vite au jeu !

Logo Beat Saber

Que l’on aime ou non la saga Star Wars, très peu de personnes restent insensibles aux sabres laser ! Et ça, les équipes de Beat Games l’ont bien compris. Beat Saber vous propose de devenir un JEDI qui lutte contre des cubes ! Il faut les détruire au rythme de la musique, réaliser différentes actions pour marquer le plus de point ! Beat Saber est un jeu de scoring où il faudra marquer le plus de point possible et je peux te le garantir, c’est cruellement addictif !

Beat Saber PlayStation 4 PSVR

Dès les premières minutes de jeux on est comme un enfant qui vient de recevoir son jouet à Noël ! Nos sabres apparaissent à l’écran et on souhaite qu’une chose : Tout casser avec !
Le jeu propose un petit tutoriel qui n’est pas négligeable (j’étais tellement hypé que je n’ai rien lu et du coup j’ai un peu galèré par la suite). On découvrez ainsi pas mal de petits cubes, avec des flèches qui indiquent les directions dans lesquels il faut les casser (vers le haut, vers le bas, sur la droite ou la gauche, en diagonales…) des carrés avec juste un point, où là c’est selon votre humeur. Des blocs qu’il faut éviter en se déplaçant. Et puis vient ensuite les choses sérieuses avec le mode campagne et le mode « arcade ».
Dans le mode campagne il y’aura plusieurs niveaux avec plusieurs objectifs à réaliser. Par exemple, terminer le niveau en ne faisant pas plus de 5 erreurs et 5 cubes manqués, terminer le niveau en dépassant un score cible etc…
Dans les modes libre, on dispose des 15 musiques que l’on peut jouer dans l’ordre que l’on veut et choisir le niveau de difficulté. Nous avons le choix entre facile, normal, hard et expert. Notons tout de même que seul le mode expert est vraiment inaccessible… Pour les joueurs débutant, le mode normal sera un bon entrainement, ensuite, c’est sur le mode hard que l’on prendra le plus de plaisir !

Beat Saber PlayStation 4 Screenshot PSVR

Graphiquement, le jeu est plutôt joli (on pourrait même dire très beau, mais il n’est pas non plus très détaillé). On est dans un style minimaliste, avec des effets néons qui sont très classes. L’ambiance est vraiment géniale.
Pour ce qui est des musiques, il y’en avait seulement 10 dans l’early acces sur PC en mai, il y’en a 15 dans la version finale sur PS VR. Cinq nouvelles musiques, ce n’est pas rien. D’autant plus que les musiques sont vraiment top ! Cela nous plonge encore plus dans l’ambiance et nous pousse à fond dans le jeu. Il faut savoir que pour marquer le maximum de point il faut faire des gestes franc et plutôt violent (il est donc bien recommandé d’attacher les PS Move).
On regrettera cependant que les décors changent principalement de couleurs et quelques formes et que les animations lorsque l’on détruit les cubes soient assez limitées.

Beat Saber PlayStation 4 Screenshot PSVR

Beat Saber reste tout de même relativement chère pour son contenu. Proposé au prix de 29,99€ pour son lancement (sorti le 21 novembre sur PS4), le jeu est tout de même plutôt chère et un prix de 19,99€ aurait largement été préférable. Fort heureusement, on a très peu de choses à reprocher au jeu, si ce n’est peut-être un contenu léger, un manque d’animations et certains gestes mal gérés. Ainsi, il n’est pas rare que les cubes soient trop rapprochés et que lorsque vous faites un mouvement, un deuxième non voulus soit prit en compte.
A part cela, le jeu est beau, les mouvements sont bien reconnus, sans latences, et le rythme est très bien dosé ! Tu peux me croire, même si tu n’es pas fan des jeux de rythme, tu risque bien de te prendre au jeu de Beat Saber.

CE QUE L’ON AIME DANS BEAT SABER :
– L’ambiance est géniale
– On a des sabres laser bordel !
– 15 musiques vraiment top
– Le jeu peut s’adapter pour tous les niveaux de joueurs
– Graphiquement plutôt très joli
– Les différents challenges du mode campagne

CE QUE L’ON AIME MOINS DANS BEAT SABER : 
– Un prix élevé (30€)
– Graphiquement joli mais très minimaliste
– On aurait aimé plus d’animations pour détruire les cubes
– Un contenu léger qui, on espère, va grossir dans les prochains mois

Beat Saber PlayStation 4 Screenshot PSVR

Au final, Beat Saber s’inscrit dans la liste des meilleurs jeux proposés à ce jour pour la game « Réalité Virtuelle ». Terriblement fun, adapté aux joueurs pros ou aux novices, avec une ambiance dingue, le jeu sera parfait pour des soirées entre potes. On regrettera vraiment un prix corsé. Je pense que le jeu risque de vite baisser de quelques euros, ou qu’il sera vite proposer lors des promotions de fins d’années car, bien que le jeu soit très bon, je ne pense pas que le prix soit justifié. Le prix de lancement sur PC (19,99€) était quant à lui parfait !

Merci d’avoir suivit et lu cette critique, n’oublie pas le like, le partage, le commentaire qui fait plaisir et de t’abonner si ce n’est pas déjà fait ! On se dit à très vite sur Liberty’s Games 😉

Scroll to top